21 heures de train couchette

18/10/2013 - Pays : Russie - Imprimer ce message

Réveil tôt ce matin, petit déjeuner copieux pour entamer notre journée. Petit tour sur Facebook où nous regardons la bonne dizaines de réactions des gens sur nos photos postées hier.

Ensuite on finit de préparer et de se laver pour boucler nos sacs avant le départ. Nos sandwichs sont prêts pour ce midi car nous prenons le train à 12h42, avec en dessert un yaourt à boire de la marque Valmiera (Si vous en trouver dans un magasin ou sur internet, prenez en une palette, ça biche, surtout mangue vanille mais chut ceci est notre secret...).

Nous avions prévu de partir tôt pour faire face à un éventuel imprévu qui n'a pas lieu d'être, nous avions déjà repéré le trajet de métro, déjà repérée la gare puisque nous avions achetés nos billets, et déjà testé le train couchette, donc no problemo !!!

Nous sortons donc de l'auberge sur une route qui a été goudronnée dans la nuit, et où, d'ailleurs, les voitures roulent déjà dessus ce matin. Pour info, route se dit « asphalte » en russe.

Un quart d'heure de marche nous mène à la station de métro la plus proche, nous prenons le premier métro, un arrêt, on descend pour un changement de ligne qui nous dépose devant la gare. Une petite heure d'avance on est LARGE...

Petit problème, aucun panneau d'affichage dehors indique un train à 12h42... Nous entrons dans un premier hall, avec vigile et passage des bagages aux rayons X, mais rien de plus ici non plus. 2 ème hall dans un bâtiment voisin, avec re-vigile et re-passage des bagages... Mais toujours rien, un troisième hall se trouve au dessus, ah enfin... et bien non toujours rien.

L'heure commence à tournée il va falloir demander notre chemin, une hôtesse se promène dans la gare, nous lui présentons nos billets et elle nous mime notre chemin. Nous faisons 5 mètres et avons déjà un doute. Il faut ressortir du hall ou bien traverser celui-ci ? Heureusement elle nous voit faire et nous fait signe de la traverser, nous nous retrouvons donc dehors au bord d'une rue. Ah ok, il y a une autre gare juste à côté, mais elle n'a toujours pas le nom de celle que l'on recherche... Nous redemandons à nouveau notre chemin à un passant. Ah ok il y a une troisième gare de l'autre coté de la rue. Nous traversons donc pour nous retrouver devant un bâtiment énorme où trois énormes portes s'offrent à nous, bon celle du milieu c'est le métro, mais il en reste deux. Nous décidons donc de re-re-redemander notre chemin à deux dames qui discutent, l'une d'elle nous fait signe de la suivre. On s'engouffre dans la gare, vigile, portique, vous connaissez la musique maintenant, mais elle nous attend juste derrière puis elle nous fait signe de la suivre à travers toute la gare et elle nous dépose juste devant notre train... Spasibo madame...

Le train est ouvert, le contrôleur vérifie nos papiers avant de monter à bord, reste plus qu'à découvrir nos compagnons de chambrée et hisser nos sacs tout en haut du wagon. Nous avons donc deux voisines de 25 et 40 ans peut être... Le train démarre et le contrôleur distribue les draps. Carole se lève donc pour préparer les lits, à peine levée, sa voisine étale son matelas, ses draps et se couche. Bon bah il est 13h, plus qu'à aller se coucher pour Carole aussi.... Heureusement une dame qui est côté couloir et qui n'arrête pas de se moquer de Carole pendant qu'elle prépare les couchettes lui propose de s'asseoir en face d'elle pour éviter d'aller se coucher... Nous décidons donc de péter la gueule à nos sandwichs et cette même dame fait signe à Gwéna de prendre sa place pour que nous puissions manger tranquillement tous les deux sur une table. Repas terminé, nous avions repéré où était la poubelle dans le précédent train, Carole part jeter nos déchets, la voisine se marre déjà pensant qu'elle ne trouverait pas... Aahaah, on connaît...

Bon, maintenant, rien à faire, petite sieste alors. Nous grimpons sur nos couchettes, scoubidou pour Carole, puis sieste pour tous les deux...

Trois heures plus tard environ, la jeune sous Carole qui s'est couchée super tôt descend, nous récupérons donc une petite vieille à la place. Avec une vraie organisation de petite vieille... Elle sort un sac plastique de son sac où elle y met son bonnet, son écharpe, ses gants. Puis elle plie son manteau, sort ses magazines, un vrai rituel. Mais tout à coup arrive le moment critique où elle sort de la bouffe, un steak de viande hachée, froid, avec un morceau de pain... Niveau odeur ? Ouvrez une boîte de pâtée pour chat mélangé à du fromage bien vieux et laissez les sur une table dans une pièce de 6m2 vous verrez le résultat... Une horreur...

Du coup la dame en dessous de Gwéna se décale pour aller discuter avec celle côté couloir, ce qui nous permet de descendre s'asseoir et se dégourdir les jambes un peu, et profiter pour commencer à écrire cet article. Non, décidément, cette dame pue vraiment... Combien d'heures de train encore... ? Aaaahhh 15 heures... C'est bien, comme ça, on sera imprégnés...

Autre questionnement, durant notre trajet, nous traversons deux fuseaux horaires et ne savons donc pas à quelle heure manger le soir car ici ils mangent n'importe quand et surtout dans le train, ne se nourrissent que le thé et de pâtes lyophilisées... Comme nous... Sauf que comme nous somme à l'étage (oui oui toujours), on a pas de table à disposition, pour s'asseoir manger, alors on attend vivement le moment où notre compartiment va déguster son vieux steack qui pue...

Une fois assis en bas, nous en profitons également pour commencer à écrire cet article... Nos voisines sont elles aussi dégoûtées par l'odeur, et ne savent plus où se mettre pour respirer correctement, par contre, elles pensent que cette odeur insoutenable provient des pieds de notre cher voisin... elles n'ont peut-être pas tord, mais on se dit que ce n'est tout de même pas possible, y'a pas que ça !!

Bref, elles sont bien a discuter, c'est le milieu de l'après midi, hors de question qu'on retourne se coucher, du coup, on squatte le lit de la voisine du dessous, qui elle, squatte la place assise du mec qui est couché au dessus et qui pue des pieds... Oui ça se complique...

On fait l'article tranquillement, et on en profite pour étendre nos jambes. Vient le temps où la voisine de sous Gwena s'en va « ciao ciao », et on récupère un nouveau voyageur... On va prendre l'air un peu au bout du wagon le temps que tout le monde monte, car l'allée n'est pas assez large... quand tout un coup, et oui.... encore une vieille dame qui vient s'installer sous Gwena. Réaction de l'intéressé : »oh non, ça va encore puer le vieux »... Bref, on attend que la demoiselle s'installe et on retourne s'asseoir où nous pouvons... Notre voisine ''maman'' se met à manger, on commence donc également à sortir nos affaires... Quand celle-ci, termine son repas, elle nous fait signe de prendre sa place, pour manger encore tous les 2 ensemble... Sympa Mamie, Spasibo !!!

Au menu, pâtes au bœuf pour Gwena et pâtes au bacon pour Carole... On s'arme de nos tupperwares et allons chercher de l'eau chaude au bout du wagon. A ce moment précis... Carole croise les doigts pour que ce soit de l'eau bouillie ou bien de l'eau potable pour nous... Imaginez-vous avec une tourista dans un train comme celui-ci... Non non non, c'est techniquement pas possible !!! Les pâtes sont engloutis, notre yaourt Valmiera mangue-vanille également, on doit aller se laver les dents, et accessoirement se mettre en pyjama comme tout le monde dans le wagon. Nos voisins sont bien tous ou presque en robe de chambre, ou jogging, en tong chaussettes, une vraie classe royale... Carole se dirige donc dans les toilettes, car le lavabo se situe là-bas et c'est le seul endroit où on peut se changer... elle revient vite fait en rangeant brosse à dents et dentifrice... Imaginez vous, vous brossez les dents dans la cuvette de vos toilettes et vous changer dans les toilettes publics d'un air d'autoroute, avec en plus les secousse du train... Et bien nan, c'est au dessus de nos forces, on préfère puer de la gueule plutôt que de faire un truc pareil !!

C'est désormais l'heure de monter au lit, il est 20h00, et tout le monde se couche...

Pas difficile la vie dans les trains russes, tu manges et tu dors, et ça pendant tout le long du trajet, qu'il dure 8h, 20h ou 30h...

A 21h, il n'y a plus un bruit dans le wagon, et il nous reste 12h30 de train... Nous n'avons toujours pas changé de fuseau horaire, nous verrons bien...

Bonne nuit à tous, nous on va rêver d'un grand lit !!!

Ah oui, et un détail, notre cher voisin a bougé dans son lit, et des effluves sont venues effleurés notre petit nez délicat... Ca pique, et c'est surtout inhumain comme odeur de pieds....




Etapes :
Perm’
Note: 4,7/5 - 3 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Carole et Gwenael PAVY MAINDRON Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.