Buenos Aires, un petit bout de Paris

16/05/2014 - Pays : Argentine - Imprimer ce message

Aïe Aïe Aïe... La nuit a été rude... Du bruit et de la musique absolument toute la nuit. Des murs en carton, des voisins pas discrets du tout, de la musique à fond, et... un cafard sur l'oreiller... Bon, autant dire qu'on a eu beaucoup de mal à dormir cette nuit. Nous nous sommes réveillés toutes les 2 heures environ, jusqu'à enfin, ils décident tous de sortir ou bien de descendre d'un étage, sur les coups de 4 ou 5 heures... Bienvenus dans la vie latino américaine. Et il est impossible de trouver une auberge pas cher qui ne tienne pas ce rythme. Et comme on est des voyageurs fauchés...

On s'habille et on descend prendre le petit déjeuner. Ce matin, c'est un petit croissant chacun, avec 2 tranches de pain de mie, de la confiture de lait et un truc qui ressemble à du concentré de lait... Eurk !! Avec ça, un café et un jus d'orange frais, nif !! De quoi nous remettre d'aplomb. On publie sur facebook, un brin de toilette et on se prépare à sortir.

Avant ça, Carole va demander pour réserver 2 nuits de plus. Réponse, ce soir, c'est ok, mais à 85 pesos au lieu de 80 car c'est le week end et demain vous changez de dortoir et vous payez 95 car c'est un dortoir 8 lits... Oula, Carole ne dit rien et part voir Gwéna d'abord. On fait une recherche rapide sur internet et on trouve à 4 ou 5 blocs de là une autre auberge à 70 la nuit suivante. Du coup, on réserve une nuit mais pas 2, on verra par la suite, on va aller faire un tour à l'Hostel Fiesta.

GoPro, appareil photos et tout le tintouin chargés dans le sac, en route pour l'Avenida de Mayo !! Programme chargé, y'a pleins de trucs sur cette rue visiblement, mais pour une fois, on a réussi à être prêt dans la matinée, il doit être tout juste 10h. On sort dehors, et on jette un coup d'oeil à la carte pour ne pas nous perdre. Et avant de poursuivre, 2 paracétamol pour Carole et bim, dans ta face la migraine !! C'est parti. Nous passons à côté de l'obélisque vue hier, on longe l'Avenida Corrientes, on bifurque et hop, nous voilà face au congrès national. L'architecture de cette ville est très européenne et ça nous fait plaisir de voir de si beau bâtiment bien entretenus et mis en valeur... Dans une brochure, il est noté qu'on peut le visiter à 11h. Ca tombe bien, il est 10h40. Gwéna est motivé, alors on fait le tour du bâtiment pour trouver une entrée. Pensez bien qu'on va pas passer par la porte principale du Congrès !! 2 portes ont des gardiens, on file on verra bien... Une fois derrière, rien. On fait demi tour et Carole demande à un vigile plutôt sympa. Il nous dit que c'est bien ici et finit par nous répondre en anglais quand il voit que notre espagnol est très bredouillant. On rentre et on s'installe dans une vrai canapé TRES large. Alors on se dit que c'est peut être payant. Carole va demander à la secrétaire. Visite gratuite, chanmé. Du coup on patiente, et en plus on nous dit qu'on aura le droit de prendre des photos, par contre les visites sont exclusivement en espagnol. Tant pis, on comprend mais nous n'arrivons pas à la parler. Une autre dame se joint à nous, et à 11h, une guide fait son apparition. Elle pose une question qu'on a à peine entendue et pas comprise. On pense qu'il faut donner notre nom et en fait, c'est notre nationalité. Tant pis, nous sommes donc d'un petit pays nommé Carole et d'une île nommée Gwéna, ahah !!

Commence alors la visite. Nous allons pouvoir découvrir le Sénat et la Chambre des députés. La visite commence et elle nous demande un truc. Carole répond alors qu'on comprend l'espagnol mais qu'il nous est difficile de le parler... Du coup, elle se met à parler doucement, ce qui simplifie absolument tout pour nous. Elle est très sympa. Première étape, la chambre des députés. Elle explique l'histoire du lieu l'architecture, et le fonctionnement de la politique argentine, le système de vote et le moyen de connaître les présences des députés ou non. La France devrait parfois s'inspirer de tous ces pays qui ce sont tant inspiré de la France pour se construire. Les séances sont aussi publics ici, et elles ont lieu le mercredi, comme nous. C'est très enrichissant et on apprend beaucoup. On continue par la salle des pas perdus qui sert principalement pour les sépultures et les conférences. Il y a 2 grands tableaux qui trônent de part et d'autres, et l'ancien système des députés, avec des clés. Après ça, on passe par de petits couloirs, on a l'impression d'être dans un vrai labyrinthe. On peut y admirer tous les petits patios intérieurs. C'est pas pour rien que c'est un architecte français qui a fait ce bâtiment, aidé d'un allemand et d'un italien. Nous voici désormais dans la salle rose ou la salle Eva Peron. C'était à l'époque une pièce destinée au peu de femmes présentes. Bien sur, maintenant, ça n'a plus lieu d'être. On continue et on atterrit au centre du Congrès. Nous sommes sous la coupole qui mesure 70 mètres de haut. Le lustre en son centre est impressionnant et retrace toute l'histoire du pays. Et la coupole elle, coupe le souffle. Les premières statues qui nous apparaissent petites mesurent en réalité 2m50... Et au fond de la pièce, il y a une reproduction de la constitution argentine. L'originale est exposée une fois l'an au public. On continue et nous atterrissons dans le Sénat. Exactement la même chose que la chambre des députés, mais en plus petit. Les séances ne sont pas publics, et le meneur n'est autre que le vice président de la République. Le système de vote est aussi légèrement différent. Il s'il y a abstention, il y a toujours obligation de s'expliquer avec des arguments très clairs. Nous pensons la visite terminée, mais non. Elle nous amène dans une pièce digne des Harry Potter. La bibliothèque. Une pièce de folie. Tout y est magnifique. On sent que les ouvrages sont ici très lourd de sens. Et il y a aussi des œuvres européennes, dont une une représentation Louis XIIII (et non XIV)... Bon là, ils ont vite vu que ce n'était pas un original !! Ahah !! On respire cette atmosphère spéciale et nous sortons. Nous voici maintenant à la fin de la visite, qu'on ne regrette absolument pas. 1h de visite instructive. La bise à la guide et zou, on se retrouve sur le trottoir.

 

La salle Eva Peron, la salle rose La chambre des députés La coupole !!!

Le hall d'entrée La bibliothèque d'état La bibliothèque d'état 

 

En sortant Gwéna explose de rire, il se retrouve nez à nez avec le sosie de Bernadette Chirac. Nous la prenons en chasse et hop, une photo avec elle entre dans la bouche de métro. Pus nous prenons un peu de recul pour photographier le lieu de notre visite. Le temps est avec nous aujourd'hui, il ne fait pas bien chaud mais pas un nuage dans le ciel. En traversant le parc face au congrès nous découvrons une fontaine énorme, elle est protégée par des grilles mais nous arrivons à la prendre en photo avec le congrès. Puis nous voyons un truc qui nous fait bien rire. Un gars joue à lancer une bouteille en plastique pour que son chien aille la chercher. Jusque là rien de bien extraordinaire. Le truc est qu'il l'envoie dans une fontaine publique et le chien y va de bon cœur.

 

Le Congrès Le Congrès et sa place 

 

Nous finissons presque de traverser le parc et nous nous retrouvons face à une pièce que Carole ne voulait louper sous aucun prétexte... Le penseur de Rodin !! Surtout qu'il est aligné au reste des chefs d’œuvres que nous venons de voir, c'est vraiment beau. Ah oui, petit détail, le parc pour enfants sous les eaux nous surprend également. C'est une peu Paris plage à Buenos Aires...

 

Le penseur, Rodin 

 

Nous poursuivons notre chemin en direction de ''Palacio Barolo'', c'est encore une fois un magnifique édifice mais au beau milieu de la rue, pas facile de le mettre dans la boîte celui là. En fait on n'y parvient pas du tout. Nous retraversons une grande artère de la ville en découvrant au passage une décoration d'immeuble assez sympa. Par contre, pour le coup, nous sommes en plein vent et il fait très froid. Nous partons ensuite à la recherche de l'auberge que nous avions trouvé sur Booking. Nous faisons plusieurs aller retour dans la rue sans rien voir. Nous demandons à des gardiens de parking qui nous indique un autre hôtel. Nous suivons leurs indications et trouvons finalement la porte que nous cherchions. Nous étions passés deux fois devant sans la voir. Nous grimpons à l'accueil et nous sommes accueillis par... une française. Elle nous explique qu'il n'y a plus de lits dans les dortoirs les moins chers. Il lui reste de la place dans des dortoirs 8 personnes, c'est toujours moins cher que où nous sommes actuellement et avec moins de lits, nous validons.

 

La reproduction d'Iguazu Evita Peron 

 

Bon, il faudrait peut être que l'on pense à manger. Gwéna n'est pas très chaud pour rentrer, cela nous fait un petit détour mais surtout nous allons perdre beaucoup de temps à nous faire cuire du riz et tout et après nous ne serons plus très courageux. Nous partons donc à la recherche de bouffe en ville. Nous faisons le tour des épiceries pour trouver quelques choses mais rien ne nous tente vraiment. Nous cherchons également des plats micro-ondable pour rentrer manger vite fait et ressortir aussitôt. Mais cela n'existe pas ici !! Bon, tant pis on cherchera plus loin.

Nous voilà sur la Plaza de Mayo, en face de la Casa Rosada. La maison du gouvernement en gros, elle est entourée de barricades car en ce moment c'est la période des manifestations. C'est la crise partout les enfants, et autant vous dire qu'en France, nous ne sommes pas à plaindre. Nous en faisons le tour car il y a un musée un peu plus bas. Nous trouvons le musée qui est gratuit une fois de plus, nous passons le rayon x et nous descendons voir ça de plus près. Ce musée retrace l'histoire du pays, avec ses révolutions pas si lointaine que ça. La dernière fut en 2001. Nous ne restons pas très longtemps ici car c'est beaucoup de films et de textes en espagnol donc pas évident, surtout avec le ventre vide. Nous avons l'occasion de voir des gardes en tenue dans ce lieu, avec des arcades en briques, le cliché est parfait. Nous pouvons ensuite reprendre notre promenade. Nous allons maintenant traverser le temps.

 

Musée du bicentenaire La casa rosada et les manifs 

 

Nous quittons la vieille ville et ses bâtiments de style Parisien pour rejoindre une petite île en face, un petit Manatthan. C'est ici que sont regroupés tous les bâtiments modernes. Il y aune véritable transition avec le reste de la ville. Mais surtout, ce qu'on vient voir, c'est le Puente Calatrava ou Puente Madre. C'est un pont piéton qui rejoint l'île. Il a une forme particulière et est plutôt pas mal du tout... C'est aussi l'occasion pour nous de marcher au soleil le long de l'eau, comme sur le remblais, à la maison. On admire tout ça et on constate que tous les hôtels Hilton sont vraiment vilains... Au passage, Carole lâche 2 petits mensonges à un gars qui cherchait à nous vendre pleins de trucs... Et puis on retourne en ville.

 

El puerte de la madre 

 

On va en direction d'un couvent et d'une église, mais rien de transcendant alors on file jusqu'à la Cathédrale, en espérant trouver à manger d'ici là, parce que ça commence vraiment à faire faim. On arrive vite sur la Plaza de Mayo, et toujours sans avoir mangé. On a bien vu un buffet, mais Carole n'a pas été tentée, convaincue qu'on trouverait mieux plus loin. Elle n'arrive pas à se faire à l'idée que les vendeurs de rues, ici, c'est fini... Une fois sur la place, la Cathédrale nous tend les bras. Du coup, on y va, on ne va pas faire un détour juste pour manger.

Nous nous apprêtons à entrer quand arrivent face à nous, 5 gardes en uniforme et qui tapent assez forts des pieds pour qu'on les laisse passer. On les suit, et c'est en fait la relève dans la Mausolée de San Martin. Un des hommes qui a permis la liberté de plusieurs pays de l'Amérique Latine. Il y a pleins de gens et pleins d'enfants partout, alors on fait la visite à contresens. On découvre surtout l'autel, qui est magnifique. Ici rien de bien spécial hormis le cœur de la Cathédrale, bien sur, son autel et son dôme. C'est très joli... On finit aussi par faire escale au mausolée. Carole prend en photos les gardes plein de fois, l'appareil ne veut pas faire le point.... Du coup, l'un d'eux, qui ne peut pas bouger, nous regarde du coin de l'oeil... Ahah !! On t'as vu, tu t'es gratté le nez tout à l'heure... On fait le tour, et ce sont toujours de jolis endroits... Nous ressortons... Wah c'est quoi ça !! Pleins de CRS à gauche de la porte, avec leur casque et tout... Carole se retourne et Aaaahh !! Bah y'en a partout à droite aussi !! C'est quoi ce bordel. Ils vont faire un assaut ou quoi ? Ils sont plutôt détendus, c'est certainement à cause des manifestations, il y a peut être un défilé qui arrive. Nous on s'amuse et on les prend en photos. En plus, paye tes CRS, ce sont des nanas à peine plus grosses que Carole... Bref !!

 

La Cathédrale Le mausolée de San Martin

La garde royale Une cathédrale bien gardée 

 

Et voilà, il est 15h, nous n'avons toujours pas mangé, mais nous avons fait le tour du cœur de la ville, en 5h, à pieds... Pas mal hein ? Nous rentrons donc à l'auberge pour enfin nous préparer à manger. Nous grimpons dans la cuisine, de l'eau à bouillir et en route pour manger du riz, thon tomate et crème... Gwéna descend chercher du pain et des yaourts (on en a des trouver comme à la maison et ça fait du bien... la marque ? Carrefour eheh). Quand il revient, l'eau ne boue toujours pas... Carole l'a mise un peu trop tôt dans la casserole et pas assez longtemps dans la bouilloire. Au final, nous mangerons à 16h30. Puis nous nous mettons sur une petite table pour commencer cet article et vider les photos. Nous faisons un petit tour sur Booking pour vérifier les disponibilités des dortoirs dans l'auberge que nous avons été visiter tout à l'heure et surprise, il y avait des dortoirs encore moins chers, bref, nous verrons ça demain sur place. Puis nous écoutons de la musique. Nous faisons la connaissance d'un français bizarre, très bizarre même... Carole fait des trucs bizarre à son tour, des boutons commence à lui pousser de partout, surtout sur les épaules, le haut du dos et les bras. Oh non, pas la dingue quand même, et plus elle gratte plus les boutons apparaissent... C'est quoi ce délire... Elle va tout de même pas nous faire un truc à la con encore... On verra ça plus tard, on va suivre l'évolution. Si c'est comme Gwéna l'autre jour, tout aura disparu demain matin. Continuons. Gwéna poursuit cet article, Carole joue un peu sur le téléphone, regarde les infos, et s'ennuie vite... C'est surtout aussi que les démangeaisons sont de plus en plus importantes, alors c'est dur dur. Du coup, hop, à la douche !! Une bonne douche chaude pour enlever les petites bêtes. Ca doit être ça, ni plus ni moins que des bêtes dans le pull. Une fois tout propres, on a chacun la surprise de découvrir un genre de grosse puce qui se ballade sur nos vêtements. Ah tiens, ça grouille partout. Se loger dans cette ville est devenu la chose la plus difficile qu'on ait eu à faire... Vraiment galère !!

Bon, pour le coup, on file au lit, essayer de se mettre à l'abri en espérant que ça ne vienne pas de la literie douteuse... La voisine de Gwéna explique qu'elle devait sortir ce soir mais en arrivant devant le bar il y avait plein de flic, un gars venait de se faire tuer à l'intérieur a coup de fusil... Sympa l'ambiance !! On s'installe dans le lit de Gwéna et on cherche un truc à regarder à la télé. M6 Replay, on fait une croix dessus, c'est vraiment nul... On cherche sur you tube mais rien ne nous convient, alors on finit sur le site de Canal+ à regarder le zapping et les rediffusions du Petit Journal. Sur ce, bonne soirée ou nuit à tous... 



Etapes :
Buenos Aires
Note: 5/5 - 2 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Carole et Gwenael PAVY MAINDRON Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.