De Baïkalsk vers Oulan Udé

02/11/2013 - Pays : Russie - Imprimer ce message

Le réveil est très difficile ce matin... Nous nous sommes couchés à 2h du matin le temps que nous réglions tout ce que nous avions à faire... Booking, blog, comptes... Et le réveil à sonné à 8h00... Ouf, ça pique !! Sachant que Carole doit désormais se lever à 5h du mat' pour prendre sa pilule, la nuit a été courte !!

On émerge, on fait nos sacs, car ils étaient entièrement vides, comme on avait donné tout notre linge à laver... On se prépare, et on descend à 9h00 car le petit déjeuner nous attend. C'est ce que nous pensions, mais nous avons finalement attendu 20 minutes dans la salle de resto. La serveuse nous amène nos plats. D'abord un café (soluble), puis, une omelette au saucisson et au fromage... Super bonne, mais énorme, et avaler tout ça dès le matin, c'est compliqué. On pense alors que c'est terminé, quand elle arrive de nouveau avec 2 assiettes de crêpes à la confiture... Piou, si avec ça on a faim dans la matinée, on se posera des questions... On finit nos assiettes, on paye la note, et on retourne dans la chambre fissa, car le taxi arrive à 10h00, il est 9h50, on a pas fait notre toilette (nous qui voulions prendre une douche...) et les sacs ne sont pas finis... Short time !!

On vient nous chercher pour nous signaler que le taxi est là mais avant il faut présenter nos passeports pour qu'ils en fassent des photocopies (ils en ont déjà fait le soir de notre arrivée !!).

Le taxi nous attend devant, nous sortons et nous avons la surprise de monter dans une voiture avec le volant à droite, le chauffeur nous demande des trucs, vraisemblablement notre destination... Nous nous faisons comprendre comme on peut... La voiture démarre et un bip commence à résonner, celui de la ceinture de sécurité du conducteur. Le bip braille de plus en plus rapidement, ce qui ne le dérange pas visiblement. Au bout de cinq bonne minutes la voiture à due se dire « Et merde, c'est son problème s'il a un accident, j'arrête de sonner ». Ce qui nous soulage quand même. Le conducteur avance très doucement, frôle les fossés pour éviter les nids de poules, enfin les méga trous partout sur la route.

Son téléphone se met à sonner, il décroche, dit 2 ou 3 mots, il raccroche, et à ce moment là il passe en mode Rallye. Je vous explique le mode rallye : il pousse tous les rapports à fond, double sur les lignes blanches, à 140 km/h tout de même. Une autre course certainement.

Nous arrivons à destination et en entier, devant ce qu'il semble être une gare.

Nous entrons car il faut que l'on imprime nos billets, car les feuilles que nous avons servent de réservations mais pas de billets. Gros problème, pas de machine pour les imprimer, guichet fermé jusqu'à 12h30 et nous prenons le train à 11h10. Nous commençons a douter d'être dans la bonne gare...

Gwéna tente d'ouvrir une porte, bingo il y a des bureaux d'agents de gare, une dame se présente. Nous lui demandons en mimant comment nous pouvons imprimer nos billets, elle nous demande pleins de trucs malgré que l'on ne comprennent rien. Elle nous fait maintenant signe de la suivre dans son bureau, nous attendons car elle passe plusieurs coups de téléphone. Elle nous fait signe de s'asseoir à son bureau. Nous ne comprenons toujours pas, il reste 40 minutes avant l'arrivée du train.

Nous ne savons pas si elle a appelé un taxi pour nous emmener à une autre gare ou si on pourra prendre le train ici.

Gwéna aperçoit le même taxi qui nous a déposé quelques minutes plus tôt, il se lève, enfile son manteau, mais la dame lui fait signe de ne pas bouger et d'attendre.

Soudainement, une dame surgit dans le bureau en hurlant comme une vache. La dame qui est avec nous (sa chef certainement), lui répond d'une manière pas très sympathique non plus. Elle nous fait signe de sortir de son bureau et d'attendre au guichet dans le hall. La dame qui vient de débarquer est en réalité la guichetière, et elle ne devait pas bosser. Sa chef lui a demandé de venir expressement pour nous imprimer nos billets donc elle n'a pas été très aimable avec nous... Mais bon pas le choix ma p'tite... Et puis si t'étais pas fonctionnaire... !!

Billets en main, le train doit arrivé d'ici 10 minutes. Aucun numéro de quai n'est affiché, nous avons le choix entre celui au bord de la gare ou alors il y en a un deuxième juste derrière mais il faut traverser les rails pour y accéder. Avant que le train arrive forcément...

Quelques personnes attendent le même train que nous.Nous décidons d'aller voir un monsieur pour lui demander le quai. Il nous raconte pleins de trucs sans nous en dire plus. Nous avons beau lui faire signe « ce quai » ou « celui d'en face » ? Rien à faire, il est con.. et certainement saoul...

Une dame qui à déjà traversé les voies nous voit faire et nous fait signe de la rejoindre. Nous traversons à notre tour, elle regarde nos billets et nous indique que notre wagon, le numéro 14, sera en bout de quai et que nous devrions nous diriger vers là bas car il ne reste à quai que 2 minutes. Merci bien madame !

Le train arrive, le contrôleur prend nos billets et passeports, il a du mal à les comprendre, donc il nous fait signe de monter car on va partir.

Nous avançons jusqu'à nos couchettes, numéro 47 et 48. Surprise une dame est installée, et couchée sur son matelas., enfin le nôtre... Du coup nous avons un doute sur le numéro de nos couchettes, le contrôleur nous rattrape et nous fait signe que c'est bien ici, en passant un sermon à la dame au passage.

Nous sommes maintenant entourés de personnes typées Mongole et Asiatique, ça change, on doit réellement se rapprocher d'une autre contrée. D'ici peu, on pourra découvrir le désert de Gobi.

Et c'est désormais parti pour 4 heures de train dans un cadre magique (dommage que les vitres du trains soit si dégueulasses, nous ne pourrons pas prendre de photos). Fermez les yeux et imaginez (enfin après avoir lu le texte bien sur, petite parenthèse pour Manue) , d'un côté nous avons le lac Baïkal à perte de vue, car nous le longeons pendant un bon bout de temps. Et de l'autre côté, que des montagnes, avec tout les sommets enneigés et surtout un soleil qui brille sur tout cela,...

Nous en profitons pour faire quelques sauvegardes de nos documents et photos sur une clé USB, Carole commence ce texte, mais arrête assez rapidement pour s'endormir comme une saucisse... Gwéna continue donc l'écriture tout en admirant tout ce qui nous entoure, c'est incroyable... Entre temps, la dame qui nous a orientés sur le quai passe dans les wagons en proposant du poisson séché à vendre... Ca doit être une femme de pêcheur, habitant à Baikalsk très certainement.

L'heure arrive pour nous de descendre, nous arrivons à Oulan Oudé avec une petite demi heure de retard. Il n'est pas très tard donc nous décidons d'aller voir les horaires des trains pour la Mongolie, car ici il y a des machines que l'on connaît. Nous attendons donc derrière une dame qui a une vingtaine de billets à imprimer. Vient notre tour, il y a une assistante de la gare qui aide les passagers a cette borne, elle nous regarde faire et nous lui demandons donc Oulan Bator ? Niet !!! Il faut aller à l'étage pour les billets pour la Mongolie.

A l'étage nous tournons pas mal en rond. Premier hall nous trouvons juste deux militaires avachis en train de dormir à l'abri des regards. Deuxième hall, pas grand monde, une porte devant nous, nous ouvrons et demandons à une dame qui nous fait signe que ce n'est pas là mais plus loin. Demi tour et nous trouvons enfin le bureau. Nous demandons s'il est possible de parler anglais. Elle nous répond d'un ton sec et méchant « Niet » avant de continuer de tamponner les billets qu'elle prépare, en soupirant. Nous persistons tout de même en écrivant en russe sur un bout de papier. La date, la destination, et la 3ème classe (platzkart). Elle nous dit alors qu'il n'y a pas de troisième classe, difficile à croire ça. Ensuite elle nous indique que c'est 3600 roubles soit un peu plus de 80€, mais pas personne.... Finalement, nous tendons la carte bancaire voyant un TPE pour le payement, elle nous dit qu'elle ne prend que le cash... Bon ça pu l'arnaque on se casse on regardera sur internet. Maintenant il faut trouver l'auberge. Gwéna avait fait des captures d'écran sur son téléphone de l'itinéraire sur google maps. Et un plan de l'auberge pour se rendre à l'auberge était à la gare... Trop facile !!

Nous empruntons donc la passerelle qui traverse toute les voies de chemin de fer, avec des marches qui manquent de s'écrouler. Au moment de redescendre de l'autre côté une bonne surprise devant nous, il y a des flèches peintes au sol avec indiqué Hostel. Pas besoin de réfléchir comme ça. Vraiment trop facile !!

L'auberge se situe à moins de 10 minutes de marche. Nous trouvons le bâtiment, montons à l'accueil au deuxième étage. Bonne surprise ils parlent anglais ici. Nous demandons notre chambre réservé sur Booking. Elle nous répond ok c'est l'appart que vous avez pris... Bizarre !!

Carole en profite pour expliquer à la fille nos déboires de la gare et lui demande s'il existe une troisième classe... Oui effectivement elle est quasiment sure que cela existe. Mais elle nous indique que tous les touristes prennent le bus pour y aller car il faut 12h en bus et 24h en train. Et le bus est 2 fois moins cher que le train, elle en profite pour nous indiquer un point de vente pas très loin. Entre temps, Carole est obligé de redescendre pour retirer car il ne prennent que du cash ici aussi... Ca doit être plus pratique pour les impôts...

Elle nous fait donc signe de la suivre car la chambre est de l'autre côté de la route dans l'immeuble d'en face. On descend les deux étages, on traverse la route, on descend dans un renfoncement le long de la route. Ensuite nous entrons dans une supérette, on ressortons par l'arrière de la boutique pour atterrir dans une autre rue, puis nous arrivons sur le perron d'un immeuble. Ascenseur, 7ème étage, grosse porte en métal, et bonne surprise. Un petit appartement avec kitchenette, frigo, toilettes, salle de bain, télé, balcon avec une très jolie vue. Parfait nous allons peut être rester plus longtemps.

 

Vue de la chambre Vue de la chambre, Ulan Udé

 

La jeune fille de l’accueil nous a informé que l'agence qui vend les billets de bus ferme à 18h et ne sont pas ouverts demain. Du coup, on pose nos sacs, on fait un petit pipi, et nous voilà repartis en direction de l'agence. A gauche par rapport à l'auberge et tout droit. C'est dans un grand hôtel visiblement. Détail que nous avions pas, c'est qu'il fallait retourner à gauche à un moment donné. Nous avons donc filé filé filé, pour arrivé à la rivière. Bon ok, demi-tour, on a marché près d'une demi-heure, ça va être raque désormais. Sur le chemin du retour, Carole aperçoit une rue qui monte où il y a l'air d'avoir une place en haut. On tente, de toute façon on a rien à perdre, vue l'heure. Et là, l'intuition fut bonne, nous trouvons la place avec la grosse statue de la tête de Lénine comme nous avait dit la standardiste. A gauche de la tête, on devrait trouver notre bonheur... On regarde, et on voit une petite agence de tourisme. Ca doit être ça, il n'était pas 18h, on s'engouffre et on attend notre tour. La dame derrière le guichet ne parle pas un mot d'anglais, on s'habitue, on gribouille 2 ou 3 mots sur un papier et elle nous dit qu'elle ne vend pas de ticket de bus... Elle nous dit de contourner le bâtiment... Et crotte, c'est ce que l'on fait, et apparaît une deuxième agence. Cette fois-ci fermée. Tant pis, on rentre à l'hôtel, on va réserver une autre nuit, et on verra ça demain.

De retour à l'hôtel, on lui explique et elle nous dit que nous n'étions pas au bonne endroit, il faut vraiment rentrer dans le Palace... Ah ok !! bon, beh on verra ça plus tard, et l'appart est dispo pour une nuit supplémentaire youhouuu !!!

On demande où nous pouvons faire des courses, nous redescendons les 2 étages et on file acheter ce que l'on trouve... Un truc qui ressemble à du jambon, du beurre, on espère, des yaourts, 2 bières et des chips... Nous n'avons vraiment plus aucun équilibre alimentaire, c'est une catastrophe !! Nous finissons nos courses et rentrons au pas de course pare que ça commence à se rafraîchir, et oui, cet aprem, nous étions en pull, car il y avait gros soleil, et il ne faisait pas vraiment froid... Qui a dit qu'il faisait froid en Sibérie ?

Nous rentrons, nous cherchons des infos pour le bus ou le train, nous prenons l'apéro, puis nous nous mettons à table après que Gwena ait fait la cuisine en regardant un film sur le PC « Dead Man Talking ». On vous le conseille d'ailleurs !!

Il est temps d'aller prendre une douche et oh surprise... Pourquoi il n'y a pas d'eau dans la douche... On essaye tout, d'ouvrir et de fermer les vannes,... Rien y fait, pas d'eau. On se fait une raison, on ira voir l'accueil demain, de l'autre côté de la rue, car là, il est déjà 22h30...

Nous nous couchons et bisous tout le monde, bonne nuit !!




Etapes :
Baykal’sk
Note: 5/5 - 3 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :
Par manu
le 03/11/2013 à 20:51:29
Merci pour la petite précision...
Depuis quand vous n\'avez pas pris de douche en fait? Car entre le \"pas d\'eau\" et \"pas le temps\" et \"le train\", vous devez commencez à sentir un peu fort...
Sinon, niveau budget, vous êtes dans les cordes? Vous vous êtes fixés un montant idéal mensuel ou quelque chose comme ça? Les nuits dans les hôtels ne vous coutent pas trop cher?
Par Carole et Gwenael PAVY MAINDRON
le 04/11/2013 à 02:29:19
Ahah !! Pas plus de 2 jours sans douche... Ca va, l\'hygiène n\'est pas catastrophique... Et on est équipé avec des supers t-shirts qui ne puent pas, c\'est magique !! Et puis, au pire on reste dans notre odeur alors on ne s\'en rend pas compte... HhumM !!
Pour le budget, on fait au mieux, on ne s\'est rien fixé, mais on essaye de tirer sur la corde tout le temps... On essaye de prendre les nuits dans les hôtels les moins chers, et ça tourne généralement entre 25 et 30 Euros pour 2, donc c\'est pas catastrophique... Sinon, on fait les comptes tous les jours et on se rend compte que notre moyenne journalière a baissée depuis notre entrée en Russie, on croise les doigts pour que ça continue...

Laisser un commentaire

Copyright © Carole et Gwenael PAVY MAINDRON Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.