Deux pulls

27/06/2014 - Pays : Pérou - Imprimer ce message

Nous nous réveillons vers 7h30, le duvet par dessus le rideau nous à permis de dormir une demi heure de plus sans avoir le soleil dans la fenêtre. Carole est de corvée pour aller chercher de l'eau chaude. Elle a de la chance ce matin, il y a de l'eau chaude de prête et à disposition. Nous nous installons sur la terrasse, avec les petits pains d'hier, notre reste de biscottes, du beurre et de la dulce de leche. Un petit abricot par dessus et c'est parfait. Gwéna termine l'article d'hier et s'occupe de la publication le temps que Carole étudie la suite du voyage. Nous avions récupéré pas mal de brochures sur le nord du pays à l'office de tourisme.

Il est presque 11h quand nous sortons, direction les magasins en dehors du centre historique. Nous avions regardé hier que nous avions un peu plus de deux kilomètres pour nous y rendre. Nous choisissons ceux au nord car il y a un mirador pas loin pour découvrir la ville sous un autre angle. En chemin, nous nous disons que nous n'avons pas pris le reste des fringues de Gwéna pour lui trouver un gilet, tant pis, on fera sans. Chose amusante, on voit au milieu d'un parc municipal, un lama qui tond la pelouse. Et oui, ça remplace les biquettes aussi.

 

Un lama à la place d'une biquette 

 

Et nous sommes vraiment surpris de voir tout le temps autant de monde dans les rues, ce n'est pas possible ils ne bossent jamais. Nous arrivons enfin proches du premier centre commercial, le nom ne correspond pas à celui que nous avons sur notre carte mais pas grave. Nous faisons tout le tour du magasin sans rien trouver. En même temps, nous ne savons pas vraiment ce que nous cherchons. Bon, on file vers le deuxième centre, cette fois ci encore, le nom ne correspond pas mais nous devons être au bon endroit. Nous commençons par le rez de chaussé, pas beaucoup de magasins, juste une grande surface. Nous filons donc à l'étage, nous trouvons enfin ce qu'il nous faut. Il y a tout d'abord toutes les marques de sport comme chez nous. Puis nous retrouvons Topitop que nous avions vu dans le centre. Nous faisons un fois de plus le tour, on trouve un truc sympa. Gwéna part donc l'essayer avec une chemise trouvée sur place. On va quand même chercher ailleurs pour voir s'il n'y aurait pas mieux. Nous trouvons alors un méga magasin de fringues, il y en a dans tous les sens et pour tous les goûts. Nous trouvons des gilets et super sympas ceux là, seul problème, est ce que ça ira avec la couleur du pantalon. Nous nous disons alors qu'il n'est pas possible d'acheter comme ça, nous serons obligés de revenir. Nous ressortons du magasin, direction la galerie pour voir si nous pouvons manger ici. Tout nous paraît un peu cher, nous allons chercher une cantine dans la rue. Nous trouvons facilement un petit restaurant avec des menus à 1,5 euros. Nous trouvons une petite table qui se libère. Nous commandons les deux soupes différentes proposées. Nous en avons une aux légumes avec du riz et surtout beaucoup de céleris branche. L'autre est au poisson, avec un espèce de moule géante dedans. Mise à part les légumes bizarres, elle est plutôt bonne. Ensuite nous avions commandé un plat qui nous intriguait, du poulet au coca cola. Le plat arrive, nous ne comprenons pas où est le coca, il y a du poulet, des carottes, une pomme de terre bouillie et du riz. Avec ceci nous avons un pichet de sirop de citron ou plutôt un pichet de sirop de rince doigts... Nous avons même de la compagnie ce midi. Il n'y avait plus de place alors une fille est venue s'installer à notre table et nous avons un petit chien qui cherche un peu de nourriture.

Nous finissons de manger et direction le mirador. Nous parcourons quelques rues et nous y voici. C'est une petite place qui surplombe une partie de la ville. Ce n'est pas le plus beau point de vue que nous ayons fréquenté mais il a du charme. Nous sommes sous de grandes voûtes comme un aqueduc un peu. Il y a juste à côté de nous, un tronc d'arbre qui a été sculpté comme un totem avec une très jolie église derrière. Nous ne traînons pas vraiment malgré le beau temps et la vue sur les montagnes voisines. Nous redescendons en direction d'un couvent que nous voulions visiter. Carole à la carte en main et trouve le chemin facilement. Nous arrivons devant et c'est fermé, cela n'ouvre que dans trois quart d'heure. Bon, et bien on rentre chercher les vêtements de Gwéna alors. En route nous croisons le chemin d'un Taïwanais perdu. Il nous demande où il peut trouver une office de tourisme. ''Nous passons devant alors suit nous, on te dépose.''

 

Misti, surnommé Fuji par les habitants

Panorama Arequipa

Au point de vue d'Arequipa Les Arches autour de Misti Superbe totem 

 

Nous arrivons à la maison et nous retrouvons un français qui était parti à l'ascension d'une montagne de 6000 mètres. Alors, comment ça c'est passé ? Il est un peu déçu, il est resté bloqué au niveau du campement du premier jour à 5300 mètres. Tout allait bien mais dans la nuit il a commencé à vomir et il n'a pas pu reprendre le chemin. Il a ressenti une partie des symptômes que Carole avait eu à Uyuni. Il connaît maintenant ses limites. Nous restons un petit moment à discuter avec lui. Nous allons ensuite chercher le pantalon et la chemise de Gwéna, on met tout dans le sac, un pipi, une petite prune pour la route et zou. Nous retournons d'un bon pas vers le centre commercial en passant par le couvent. Nous nous y arrêtons pour une petite visite. Nous achetons nos tickets, le sac dans un casier et c'est parti.

Nous passons dans différents cloîtres, nous sommes sous les préaux qui les entourent avec une belle vue sur le clocher de l'église voisine

 

Couvent de la Recoleta, Arequipa Couvent de la Recoleta, Arequipa Couvent de la Recoleta, Arequipa 

Couvent de la Recoleta, Arequipa 

 

. Nous visitons la chambre de la mère supérieure et des sœurs. Elles ont chacune une chambre très sobre, sûrement très humide aussi. Elles ne vivent plus dans cette partie du couvent mais derrière à l'abri des regards.

 

Couvent de la Recoleta, Arequipa 

 

Nous entrons dans différentes pièces que nous ne comprenons pas forcément. Rentrer dans une pièce remplie de jouets ou bien de poupées, c'est un peu bizarre.

 

Couvent de la Recoleta, Arequipa 

 

Et le plus drôle dans tout ça, c'est qu'avant de découvrir l'intérieur d'une pièce il y a une petite énigme... mais où est l'interrupteur ? Oui, nous devons allumer et éteindre la lumière de chaque pièce. Nous allons à notre rythme et nous rattrapons une dame qui fait une visite guidée. Nous nous retrouvons donc dans la même salle, celle des animaux empaillés. Malheureusement, vu qu'elle est accompagnée d'une guide du site, nous ne pouvons pas prendre de photos. Nous attendons donc qu'elles prennent un peu d'avance pour être tranquille. Nous découvrons aussi la pièce où sont entreposées des peintures de prêtres Jésuites ayant vécus ici et une salle remplis d'objets indigènes. Nous devons interrompre notre visite pour nous diriger vers la bibliothèque. Cette pièce est fermée à clé la journée, il y a des heures bien précises pour la visiter, et en l'occurrence c'est l'heure. Nous suivons la guide, et nous nous retrouvons sur les toits d'un des cloîtres, la vue est sympa d'ailleurs. Nous pénétrons maintenant dans ce lieu où est entreposé près de 20 000 ouvrages. Principalement des manuscrits sur l'histoire de la ville et du pays. Un vrai musée à elle toute seule. Une photo volée et nous ressortons, nous allons profiter de la vue et du soleil depuis là haut. Nous redescendons finir notre visite, il nous reste deux pièces (dont une avec des momies... ouh!!) et une petite salle de prière.

 

Pinacothèque, couvent de la Recoleta, Arequipa Couvent de la Recoleta, Arequipa.... Aaaaaaahhhh !!! Bibliothèque, Couvent de la Recoleta, Arequipa 

Couvent de la Recoleta, Arequipa Couvent de la Recoleta, Arequipa Couvent de la Recoleta, Arequipa 

 

Nous finissons, récupérons notre sac et en route. Nous retournons en direction du centre commercial pour une séance de défilé. Nous attrapons trois ou quatre gilets différents et en différentes tailles. Et oui, Gwéna ne fait plus du ''M'' (mannequin) mais du ''S'' (superbe). Il les essaye tous mais ils ne sont pas vraiment bien taillés, ce n'est finalement pas terrible. Un vigile commence à nous tourner autour, il ne comprend pas tout nos allers retours, surtout que Gwéna entre en short et casquette et ressort en tenue de mariage à chaque fois. Rien de bien terrible, on abandonne. Gwéna se change et Carole revient avec une nouvelle trouvaille. Rebelote, il se rechange pour la dixième fois et c'est sûrement la bonne. Pour être sur de notre choix, nous retournons dans le premier magasin de ce matin tester un autre gilet mais non, ce n'est pas le mieux. Nous avons enfin le bon, direction la caisse. La fille nous dit alors que nous pouvons en prendre un autre car c'est les soldes ici et c'est deux pour le prix d'un. Ok, mais nous n'allons pas reprendre le même surtout que c'était le dernier de cette taille. Nous demandons alors à un vendeur si nous ne pouvons pas prendre autre chose. Il nous laisse le choix entre des pantalons moches, des chemises bariolées, des pulls rouges ou verts genre prout prout qui font du polo (en même temps c'est le nom de la marque). Non merci, nous ne pourrions pas avoir une remise à la place. Il nous dit alors que nous pouvons prendre un deuxième article dans un autre rayon, du moment qu'il y a la pancarte de l'offre. Nous faisons dix fois le tour du magasin pour trouver une veste en plus pour Gwéna mais rien. Nous cherchons ensuite un cravate ou un noeud papillon mais rien, les chaussures non plus. Nous avons beau chercher nous ne trouvons rien. Même des fringues pour le voyage, leurs collections sont vraiment bizarres des fois. Nous nous disons alors que nous allons chercher du côté des femmes pour que Carole trouve quelque chose et cela lui fera plaisir. Nous faisons le tour et c'est pareil pour elle, elle se voit mal essayer des fringues pareil. Même les foulards sont moches. Nous tournons plus d'une heure à la recherche d'un deuxième article. Nous finissons par trouver un petit sweat à capuche en laine pour Carole. Ca n'aura pas été une mince affaire mais nous avons nos deux articles. Nous retournons en caisse. Et la fille nous annonce la somme des deux pulls. Comment ça ? C'est pas ce qu'il est écrit partout. Elle nous dit alors qu'il faut deux fringues de la même marque ou de la même collection. Ah non !! Mettez vous d'accord, vos collègues ne nous disent pas ça depuis tout à l'heure. Elle discute alors avec sa collègue et accepte quand même. En même temps elle avait intérêt, nous sommes déjà honnête de passer par la caisse car le pull de Gwéna n'a pas d'étiquette ni d'antivol. Nous aurions pu nous barrer comme ça. Elle met tout dans un sac qu'elle referme avec un scotch, nous donne le ticket de caisse et en route. En sortant, un vigile nous arrête et nous demande notre ticket de caisse pour le vérifier, sans voir ce que nous avons dans nos sacs, c'est bizarre mais c'est comme ça, il nous met un coup de tampon en plus. Le plus surprenant c'est que nous ressortons avec le sac de l'enseigne qui est fermé avec du scotch et c'est là qu'on nous surveille. Quand on vous dit qu'on aurait pu partir avec le pull sous le bras...

Avec tout ça il est 19h passé, il fait nuit noir, si on rentrait. On marche d'un bon pas pour rentrer rapidement et rejoindre notre cantine sous l'hôtel car ils ferment tôt visiblement. Nous marchons en évitant tout ceux qui n'avancent à rien, c'est à dire tout le monde. Ensuite pour traverser les routes c'est chacun sa merde, les voitures bloquent les passages piétons sans aucun problème. Nous arrivons finalement vers 19h45 au restaurant. Et c'était grand temps, nous étions presque les derniers à être pris. Nous prenons encore deux menus. Nous recevons un potage de légumes avec un peu de viande et de la semoule dedans. C'est un peu épais et chargeant mais bon. Ensuite nous commandons un poulet frit pour Carole qui n'arrivera pas à tout manger après une soupe pareille. Gwéna a un mélange spaghettis, viande, poivrons avec des frites par dessus, très bon. Ensuite une gelée au citron que nous ne pourrons avaler ni l'un ni l'autre, pas par un manque d'appétit. Carole boit son thé au citron mais pas Gwéna et en route. Nous avons deux étages à monter et nous voilà à la maison. Un brin de toilette, Carole se met devant une série Québécoise pendant que Gwéna tape cet article. Elle s'endormira finalement avec son livre à la main après avoir lu deux lignes... Bonne nuit et à demain.




Etapes :
Arequipa
Note: 5/5 - 2 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Carole et Gwenael PAVY MAINDRON Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.