En route pour Novossibirsk

25/10/2013 - Pays : Russie - Imprimer ce message

Réveil encore tardif... de toute façon, ça caille et finalement, il n'y a pas grand chose à faire ici (comme dans bons nombres de villes russes d'après les dires de beaucoup...). Programme de la journée : on doit se rendre à la gare afin de prendre notre train, départ prévu à 18h21. Avant ça, on peut glander.

Arnaud est parti tôt ce matin, donc on ne le reverra plus désormais. Il a juste eu le temps hier soir, de voir Papa Marco et Maman Babeth sur Skype hier soir et de nous laisser une petite mission, au même titre qu'Eva, mais vachement plus drôle. Il a un ami qui vit à Auckland (Nouvelle-Zélande), et nous devons lui remettre en main propre une bouteille d’Armagnac de la part d'Arnaud Garcia. Bien sur, celui-ci ne sera pas au courant de notre venue !! Eheh... Bouteille bien protégée, la promesse est faite, on fera tout notre possible.

 

Armaniac NZ

 

Du coup, on petit déjeune tranquillement, on met à jour notre jeu Facebook, parce que décidément, on arrivera pas à départager les gagnants... On flâne sur internet et trouvons un super site d'un mec qui a rejoint l'Australie en partant de France sans prendre l'avion et qui a fait grosso modo le même parcours que nous, et les mêmes démarches pour les visas... Comme quoi, ce que l'on s'apprête à faire est possible... Rien est impossible quand on se donne les moyens de le faire, n'est-ce pas ? On va prendre une douchinette bien chaude, Gwena va faire des courses, ou plutôt va braver le froid et la glace pour ramener à manger (après tout, c'est lui l'homme eheh)... Il a marché pendant une bonne petite heure sur des trottoirs verglacés à cause de la neige d'hier pour revenir avec un bidon d'eau, 2 yaourts et des saucisses du genre Knacki, comme quoi la gastronomie est très développée ici... Pendant ce temps, Carole commençait à faire les sacs, trier les papiers (tickets de caisse, cartes, titres de transports...) car il faut dans ce pays, pouvoir montrer le moindre justificatif de ses déplacements... Et pour nous, car nous souhaitons conserver des petits bouts de voyage. La chemise commence déjà à bien s'épaissir après ces quelques pays traversés.

Alors que l'on fait chauffer l'eau pour le riz, Gwéna fait la découverte des saucisses qu'il a achetées. Ici, elles sont recouvertes d'un genre de plastique où est inscrit de la pub. La question que l'on se pose encore est : « Ceci ce mange-t-il ? ». Nous, on a préféré le retirer, on mange assez de caca ici. Passage à table devant Tout le monde veut prendre sa place en Replay, et petit Skype avec Maman Florence histoire de donner quelques nouvelles. Pas facile de communiquer avec ce décalage. Nous allons d'ailleurs prendre une heure de plus dès demain, et comme vous changer d'heure également dimanche et bien ça en fera deux... Soit... 6h de décalage !!!

On doit finir nos sacs et nous organiser pour dans le train. Bouffe, PC, gamelles, lingettes, désinfectant pour les mains, jeu de cartes, Scoubidou, et surtout 4 bouteilles d'eau dans le petit sac à dos, pour faire passer les 22h de train.

Tout est chargé, on a rien oublié, petit pipi et en route, on a prévu 2 heures pour se rendre à la gare vu l'état des trottoirs et notre légendaire orientation en Russie. On sort, on marche quelques temps et décision prise de prendre le métro. On rentre dans le souterrain, un policier très poli (oui car il nous a dit merci, c'est rare ici) nous fait passer nos sacs aux rayons x et on achète nos jetons. Ohoh, c'est fou ce qu'il y a du monde déjà ici, et avec nos gros sacs, ça risque de ne pas être simple. Au bout de l'escalator, on se rend compte que pas mal de monde va rentrer dans la même rame que nous... Ok, pas e soucis, on va se faire petit. Et puis on a que 3 arrêts à faire... On monte, quelques coups de sacs à droite et un à gauche pour Carole, Gwéna lui, s'est résigné à se tourner... Techniquement pas possible. L'arrêt qui a suivi fut compliqué. Les gens qui voulait descendre ont du nous esquiver, pendant que ceux qui montaient nous poussaient. Et imaginez la petite vieille mal aimable qui monte avant que les gens soit descendu et qui gueule parce qu'elle peut pas s'asseoir... Vous savez, celle qui se croit tout permis dans les bus ou trams nantais, et bien vous faites un copier coller, et vous la mettez en Russie. Sauf que les Russes sont ce qu'ils sont, c'est la loi du plus fort. Pas du plus âgé ou du plus riche, bien du plus fort. Carole s'est doc fait engueuler et plaquer contre les vitres du métro par cette petite vieille qui nous a clairement poussés, pour pouvoir se mettre entre 2 sièges. La logique de tout le monde voudrait que quand tu ne peux pas passer car il n'y a pas de place, bah tu passes pas... et bah non. Obligés donc de faire tête basse car Carole a écrasé purement e simplement tous ses voisins de derrière avec son sac... Bref, on arrive et on descend à la gare. Nous sommes pour le coup bien en avance, et nous attendons patiemment dehors que le quai s'affiche sur le grand tableau. On ne rentre pas dans la gare parce que les gens se marchent dessus et des vigiles surveillent au 4 coins de la gare si on ne squatte pas n'importe où. On préfère le calme de l'extérieur. 30 minutes passe et notre quai s'affiche. Ou plutôt 2 numéros, mais on ne sait pas lequel correspond à quoi. Un 3, et un 6. On se dit que ça doit être le 3... On y va, et rien d'affiché pour ce quai. On avance un peu, et finalement c'était le numéro 6. On cherche le wagon numéro 14. C'est ok, on présente nos billets et on grimpe à bord, places 39 et 40.

L'installation est faite, on attend doucement que le train démarre et que le contrôleur nous amène nos draps. Et dans ce silence qui règne dans le wagon, un son bien familier résonne... Et oui, un bel accent français, 2 jeunes voyageuses qui se dirigent vers le Népal et qui suivent quasiment le même itinéraire que nous sont en train de s'installer à 2 banquettes de nous... Le monde est petit.

Le train part, toujours pas de draps en vue, mais Carole part discuter avec ces demoiselles, car c'est quand même assez rare en cette saison de croiser des touristes. Et surtout français.

Toujours rien, on se rassoit et on attend. Gwéna discute également avec une des françaises. Ah tiens, elles ont eu leurs draps en montant dans le wagon. Bon, bah Carole part en direction de la cabine du contrôleur pour essayer de se faire comprendre. Pas simple, mais avec les mains et quelques gestes farfelus, on arrive à tout. Enfin, les draps arrivent, on peut faire un lit. Et dans ce train, chose surprenante, ce n'est pas un garde corps qui te retient quand tu dort en haut, mais un genre de harnais qui nous inspire pas grande confiance... Nous décidons de passer à table, et le Samovar chauffe à fond les ballons.. L'eau est très certainement bouillante, ce qui nous rassure suite à ce qu'à pu nous raconter un peu Arnaud sur l'état écologique de la Sibérie. Les pâtes sont avalées, on fait un petit jeux de cartes, et on passe le temps comme on peut, notamment en écrivant cet article. Ah et aussi, on s'arrête n'importe où au milieu des voies ici, comme en France vous nous direz, sauf que c'est tout le temps avant d'entrer dans une gare. L'explication on l'a obtenu, il paraîtrait qu'ici, les conducteurs de train ont une prime de ponctualité. Ils ne doivent donc pas arriver en retard, mais pas en avance non plus. C'est pourquoi, on s'arrête fréquemment et parfois même presque 20 minutes, pour écouler notre avance. Au moins, les trains sont tous, ou presque pile poil à l'heure... Est-ce que la SNCF pourrait s'en inspirer ? Why not...

Le repas est avalé et zouk, au lit. La nuit se fait plutôt bonne, hormis des mecs qui montent dans le train au milieu de la nuit, et tu ne sais pas pourquoi, mais c'est à ton oreille qu'ils décident de venir parler... Aussi, les secousses se faisant de plus en plus forte, on commence à sentir nos matelas glisser vers le couloir... Carole ne rigole pas en haut, mais ça va, le matelas est retenu par le harnais et Gwéna n'est pas loin du sol et s'en aperçoit assez tôt...

La nuit commence, bonne nuit les petits !!!




Etapes :
Yekaterinburg
Note: 4,7/5 - 3 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :
Par babeth
le 27/10/2013 à 12:42:46
dans des grandes villes comme ça il doit bien y avoir des distractions genre : cinéma, bowling, salle de jeux, sports...???

Laisser un commentaire

Copyright © Carole et Gwenael PAVY MAINDRON Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.