Finie la Chine, Bonjour soleil et Thaïlande !!

19/12/2013 - Pays : Chine - Imprimer ce message

Levés de bonne humeur, avec un coloc chinois qui traîne au lit... Nous, on s'en fout, on se lève et on va petit déjeuner... Repas avalé, on fait rouler les manettes du babyfoot, et on se détend en écoutant les musiques de Noël qui défilent à la radio de l'auberge.

L'heure passe, il est 10h, on décide que notre coloc a assez dormi, et on va faire nos sacs... Et oui, pour prendre l'avion, il faut que tout soit bien organisé, et tout bien rangé. L'organisation est assez difficile car nous avons pas mal de bouffe, mais Gwéna ne veut pas se surcharger car nous ne connaissons pas les limites de poids de bagages. Nous nous retrouvons avec deux sacs bien pleins. Toilettes faites, nous retournons dans la salle commune avec nos bagages. Nous récupérons notre caution laissée pour les cartes magnétiques de la chambre. Puis nous attendons midi pour commander à manger, dernières assiettes chinoises. Carole n'arrête pas de parler, ne commencerait-elle pas à stresser ? Gwéna lui propose de jouer au ''roi du silence'' pour se détendre un peu... (c'est quand même lui qui a perdu...)

Repas avalé, il est l'heure pour nous de partir, nous avons un peu de marche pour trouver un bus qui fait les liaisons avec l'aéroport. Il nous faudra une vingtaine de minutes, et plusieurs arrêts pour étudier la carte et trouver le bus.

Une table est installée à côté de celui-ci, qui sert de bureau et de caisse. Nous montrons notre carte pour être sure de prendre le bon bus car le numéro 303 n'est pas indiqué.

La fille nous fait signe que c'est bien ça, nous nous approchons des soutes qui sont ouvertes mais le chauffeur nous indique de monter avec nos sacs. Ok, il ne doit pas y avoir grand monde. Du coup nous prenons chacun deux sièges, mais le bus se remplit petit à petit. Le chauffeur monte et nous fait signe de mettre nos sacs par terre pour libérer des places. Bon, au final nous voyagerons à deux plus deux sacs sur deux sièges, bien la galère. Une bonne demi heure de route et le bus s'arrête devant l'aéroport, tout le monde ne descend pas, nous sommes au terminal 1. On hésite, et on descend, on verra bien...

Nous entrons dans un hall immense, nous sommes perdu, autant les gares ferroviaires ne nous font pas peur que là, c'est une grande première. Nous demandons notre chemin à un point info. Le gars nous indique d'aller au deuxième étage, arriver en haut nous suivons l'embarquement international. Nous faisons trois fois le tour des halls, nous trouver notre guichet qui n'ouvre que dans trois quart d'heure. Du coup nous avons le temps d'emballer nos bagages, nous avons acheter du film étirable pour protéger nos sacs. Nous nous installons sur des sièges au milieu du hall, et devenons vite une attraction. Visiblement personne ne comprend ce que nous sommes en train de faire. Le temps de finir, qu'il est presque l'heure d'ouverture des guichets. Nous nous dirigeons donc vers la file d'attente qui à commencé à se former. Nous sommes les quatrièmes, impec !! Par contre nous ne pensions pas que le gars devant nous faisait partis d'un tour opérateur et qu'il aurait une trentaine de passeports à vérifier.

 

Emballage de sacs Peluche, telle un sandwich jambon beurre... mais asphyxiée !! 

 

Enfin, c'est à nous !! Vérification de nos e-billets, passeports. Tout est ok, Gwéna pose son sac, 21,6kg... Et non, pas de supplément... Le sac part sur le tapis et BIP, BIP, BIP...

Une fille de la sécurité appelle Gwéna et lui demande d'ouvrir son sac pour lui montrer l'objet qui lui apparaît en rouge sur l'écran. Il est obligé de redécouper tout le film étirable, ouvre son sac, et sans surprise, c'est la bouteille de gaz du réchaud qui bloque !!

Le garçon du guichet vient en aide à sa collègue pour expliquer à Gwéna que c'est interdit ''Forbidden''. Gwéna le comprend et lui répond ''Present'' pour offrir la bouteille de gaz au mec, qui éclate de rire...

Du coup, c'est reparti pour emballer le sac à l'arrache, puis il faut le repasser au scanner, il passe haut la main. Le coup de speed passé nous allons en direction du hall d'attente pour l'embarquement. Nous passons d’abord par un guichet où nos papiers et billets sont enregistrés. Les deux agents scannes nos passeports et nous laissent entrer. C'était la douane chinoise. Nous arrivons ensuite à la fouille, nous devons vider nos poches, et passer sous un portique. Nous passons également notre petit sac à dos, qui nous sert de bagage à main. Et là, BIP, BIP, BIP... Nous devons vider le sac. Nous avons laisser les couverts de la popote dans le sac. Le vigile sort nos couverts, les étudie, nous commençons à croiser les doigts pour qu'il ne trouve pas comment ouvrir le couteau. Il n'y arrive pas, mais demande à un de ses collègues qui l'ouvre. Et merde !! C'est interdit, oh non !!! Nous lui disons qu'il est impossible pour nous de s'en séparer, il nous renvoie donc vers le guichet des check-in, où Gwéna était resté coincé avec son sac tout à l'heure. Carole part donc en courant pour le faire enregistrer à temps. Elle doit repasser le poste de douane à l'envers, puis passé devant une nana qui surveille les entrées, puis refaire la queue au bon guichet, qui ferme dans 5 minutes... Saleté de chinois qui ne peuvent pas s'empêcher de nous passer devant... L'un d'eux à eu le droit à l'un des regards assassin de Carole !! Saleté !! Bon, après inspection du guichetier qui a trouvé ça assez étrange de mettre un si petit sac en soute, Carole repart en sens inverse, toujours en courant, avec à la main, 2 bouquins et un paquets de chip' !! Bah oui, on ne sait jamais... Elle repasse avec succès tous les postes de douanes, et nous voici dans la zone d'attente avant l'embarcation.

On s'amuse à regarder notre avion, surtout Gwéna pour qui c'est une grande première. Là, nous voyons nos bagages arrivés sur le tarmac. On surveille bien que Peluche soit mise en soute, manquerait plus qu'elle reste en Chine !! Tout le monde est à bord, nous voilà près pour le décollage.

 

LE n'Avion !!! Au taquet pour voir si Peluche est bien à bord !! 

 

L'avion roule tranquillement le temps de rejoindre la piste de décollage, pendant que Gwéna pose 1000 questions à Carole. Comment ça fait le décollage ? On s'en rend vraiment compte ? Ca accélère vite ? C'est comme dans les manèges ?... Bref !! Et d'un seul coup d'un seul, une grosse accélération nous cloue à notre siège et nous commençons à monter. Réaction de Gwéna : « Ah ouais quand même !! Je pensais que ça accélérait doucement moi... » Nous montons, nous montons, nous montons, les oreilles se bouchent, et on se retrouve dans un grand nuage. Par le hublot, du blanc à perte de vue, rien d'autre... Carole lutte pour que son oreille interne ne perde pas le nord, et Gwéna tente de bailler pour faire péter ses tympans qui se bouchent...

Après quelques instants, nous voici au dessus des nuages, et tout devient royal. Les stewards passent pour nous distribuer un bon petit plat chaud, et une boîte remplie de bouffe. Au menu : riz et poulet épicé, pruneaux, cornichons, cookies, beignet, eau... Au top, et super bon... Puis, ils repassent pour nous distribuer à boire : 7up, coca, jus d'orange, café, thé... Ca nous change du train tous ça... Finis les voyageurs qui crachent partout, ceux qui voyagent avec leur pile de seaux, et ceux qui braillent au téléphone... Aaaah ça fait du bien ! Bon par contre, ils ont quand même mis pour certain leur cocotte minute dans les soutes... Véridique, on a vu les cartons... Ca reste un mystère pour nous.

 

On s'est rempli la panse en s'envoyant en l'air...  

 

Les 3 heures de vol passe, Gwéna bouquine, Carole regarde par la fenêtre, on s'occupe, et nous voici 30 minutes avant l'atterrissage. On doit se rattacher, et tout couper, une nouvelle fois. Nous survolons Bangkok, et Gwéna, côté hublot se régale. Il regarde tout dans les moindres détails. Il fait nuit, et la ville en est d'autant plus belle. Il s'amuse à regarder les routes... Et il ne voit que des brêlons partout... Ca promet !! L'atterrissage se passe à merveille, et sans secousse. Nous descendons, et cherchons à rejoindre l'endroit pour récupérer nos sacs.

 

La tête dans les nuages Les nuages chinois... Plus de nuages, bonjour la Thaïlande !!

Coucher de soleil en avion Dans l'espace !! Le soleil qui décline...

Bangkok by night !! 

 

A notre grande surprise, on voit énormément de blancs autour de nous. On prend vite conscience que nous sommes dans un vrai pays touristique, digne de ce nom. Là, nous tombons sur le poste de douane. Tout le monde rempli un papier, nous, nous ne l'avons pas eu. Nous nous disons que comme nous sommes français et que nous n'avons pas besoin de visa, ça doit être à cause de ça... Puis, le doute nous prend, et nous demandons à des français derrière nous. Oui, ici, il y en a partout... Ca parle français tout autour (et merde, on va plus pouvoir critiquer les gens sans qu'ils nous comprennent...). Ceux-ci n'en savent pas plus, mais pour être sur, Carole quitte la file d'attente de 15 kms et va demander les papiers à un douanier. Une fois en main, elle doit regruger toute la file... Oui, certains touristes ont râlé, tous les mêmes... Nous remplissons ce papier, ce qui devient finalement une routine pour nous. Numéro de passeport, numéro de vol, nom, prénoms, etc... Après trente minutes d'attente c'est notre tour. Un sourire, une photo pour monsieur le douanier, et on passe tous les 2 haut la main !!

On va maintenant récupérer les sacs, on vérifie, tout est là !! Cool, maintenant, il faut trouver la sortie, et surtout un moyen de se rendre à notre hôtel. On trouve des cartes de la ville, on cherche, on tourne en rond, en vain, on ne trouve rien. Du coup, quelqu'un vient à notre rescousse et nous indique un numéro de porte de sortie. Ok, on y va. Ils sont cool les thaïlandais !! Dehors, on cherche et on ne trouve rien de plus. Une autre dame vient à notre rescousse, alors que ça ne fait que 2 minutes 30 que nous sommes dehors. Elle nous fait signe de rentrer et de faire tout le tour... On rerentre, on trouve un office de tourisme. On repose la question, elle appelle notre hôtel, et ils nous envoient une navette. Ok, cool, au moins, on ne se cassera pas plus la tête que ça, et ça nous évite de prendre un taxi. Un autre homme en costume cravate prend donc le relais, et on voit arriver dehors, une '' tranche de brioche '', un de ses camions asiatiques qui ne sont pas larges du tout, et qui ressemble à une tranche de brioche. On monte, et nous voilà en route pour à peine 5 minutes, sur de la voie express. On découvre donc qu'ici, on roule à gauche... première surprise, on n'en savait rien.

Le minivan s'emmanche dans uNe petite ruelle, et au fond, on découvre notre hôtel pour une nuit. Au check-in, la standardiste ne nous loupe pas... Le pick up à l'aéroport n'était pas compris dans le prix de notre chambre, ça nous fera 100 baths de plus, soit 2€20 environ, ça va, c'est pas la mort. Elle nous enregistre et un jeune homme vient prendre le sac de Carole pour le monter 4 étages pus haut... sans ascenseur bien sur. Gwéna lui en chie derrière, c'est qu'il monte en courant ce jeune homme devant. Une fois dans la chambre, il est mort de rire, et Gwéna n'en peut plus.

La découverte de notre demeure est plutôt sympa, on a 36m² pour une nuit, avec salle de bain privée, et petit balcon. Sans oublier la climatisation.... Une petite faim après tout ça, il y a une carte dans la chambre et on doit commander en appelant le 999. Carole se lance, sans grande conviction. A l'autre bout, ça décroche, et sans surprise, on ne comprend rien. Elle a beau parler anglais, c'est vraiment du charabia pour nous. Carole répète donc plusieurs fois « Spagetthi bolognèse and Fried bananas », de manière clair et distincte. La conversation tourne en rond, Carole répète à nouveau, et au bout du fil, ça nous dit ok, et ça raccroche. Bon, on verra bien... Carole se dit qu'elle va peut-être venir voir directement sur la carte ce que l'on veut. Quelques instants plus tard, ça frappe à la porte. Carole ouvre et, la jeune fille est là, avec une assiette d'ananas et de pastèque... On a du mal à comprendre parce que ça ne ressemble en rien à ce qu'on a commandé... Mais bon, tant pis, ça nous fera notre repas du soir... Sachant que l'un comme l'autre, nous n'aimons pas la pastèque...

 

Fried bananas !!!  

 

Après ça, on se met à jour sur facebook, on écoute de la musique sur youtube, on regarde des vidéos sur internet, en gros, on retourne dans le monde internet réel... Ca fait du bien de pouvoir regarder une vidéo en français....

Petite discussion sur facebook avec Dany, Manue et Norah. D'ailleur nous attendons la vidéo de démontage d'étagère...

La fatigue finit par nous emporter, donc après une petite douche, on file au lit, en pensant que demain, il va faire 29°C...

Bonne journée !!



Etapes :
Chengdu
Note: 5/5 - 4 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Carole et Gwenael PAVY MAINDRON Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.