In the train again, again !!!

30/10/2013 - Pays : Russie - Imprimer ce message

Réveil en douceur... Après moult réveils dans la nuit... Les secousses et la vie de chacun sont parfois assez difficile à supporter... La famille du Club Med a décidé de revenir d'un autre wagon à 00h00 ou 01h00 et de se mettre à manger, comme si de rien était, sans voir que tout le reste du wagon dormait.... Bien sur ce sont nos voisins, pour qu'on les entendent bien... Les parents mangent en tête à tête en parlant comme s'ils étaient tranquillement chez eux, et la fille s'amuse à escalader les lits, notamment celui de Gwena, qui se retrouve avec des petits pieds à 20cm de son visage et des mouvements assez brusques...

Quelques temps plus tard, la vieille qui s'était assoupi se lève, pour se mettre à manger, en plein milieu de la nuit... Ce n'est pas l'envie qui nous manquait de lui dire que ce n'était pas l'heure et que si elle voulait, elle pouvait se recoucher... On laisse faire, et on se tourne face à la fenêtre pour essayer de faire abstraction des trucs qui puent et des bruits en tout genre...

Les secousses liées à tous les virages que nous prenons dans les montagnes nous font virer à droite et à gauche, et manque de faire tomber le sac de Carole à 2 reprises... Ouf !!!

Nous nous réveillons au petit matin, car on a oublié de couper le réveil qui était programmé à 9h30 la veille, sans savoir si nous avons pris les 2 heures de décalage horaire dans la nuit ou non... On verra !! On émerge, Carole descend sur le lit de Gwéna et on petit-déjeune tranquillement. Gwéna prend un café, Carole capitule de nouveau. Les petits gâteaux au chocolat fondus (car il fait 25°C dans le wagon) passe très bien. Pendant ce temps, nos voisins se réveillent un à un, et on découvre de nouvelles têtes qui sont montées pendant la nuit...

On regarde le paysage, qui est beaucoup plus sympa qu'à l'habitude. On monte en altitude donc on domine la vallée. On passe auprès de petits villages, sans savoir comment les gens peuvent vivre là dedans. On passe à côté d'un grand cimetière perdu dans la montagne. Et on voit beaucoup d'hommes travailler sur les lignes de chemins de fer. Ils se font des petits feux au bord des voies pour se réchauffer, car ça doit cailler grave dehors. Les rivières et lacs sont gelés.

 

Paysage du transsib' derrière une vitre dégueulasse !!

 

Aussi, on se rend compte que les kilomètres sont notés sur le bord des voies... On s'amuse donc à savoir où nous sommes rendus.

Il est 12h00 quand on s'arrête un certain temps dans une gare. L'heure est affichée dehors, l'heure de Moscou... Il est noté, 7h00. Nous avons donc pris les 2 heures de décalage, et il nous reste encore 9h00 de train...

A ce moment là, la vieille voisine sort une couche... Ahahah !! Non, pas une couche pour enfant, bel et bien pour elle... Oh non !! C'est pas possible...Yeurk yeurk yeurk !! Elle se met aussi à manger, oui, encore, et sort alors une bouteille plastique avec à l'intérieur un truc blanc avec la texture du lait caillé, ou de la faisselle... On a évité le vomi de peu, en détournant le regard. Elle a versé ça dans un verre, et les gros grumeaux bouchaient le goulot... Quand tout s'est débouché d'un coup et qu'elle a évité le débordement de peu.... Elle a bu ça comme du petit lait... Nous en sommes encore écœurés... Les heures passent doucement, et elle choisit de se rendre au toilette et d'en revenir avec l'odeur qui correspond à ce qu'il devait y avoir dans sa couche... Non, ce n'est pas possible !!! Il faut qu'on pense à autre chose... Les gens se lèvent n'importe quand et prennent leurs « petit dej »... Saucisson, cornichons, pâtes lyophilisées avec du ragoût en plus dedans, salade de choux et tout autre truc bien dégueulasse...

Le temps est plutôt dégagé ce qui nous permet d'apprécier le paysage, nous nous croyons un peu dans un film, des plaines a perte de vue et le train est tellement long et lent, qu'à chaque virages nous voyons l'avant et l'arrière du train, un joli moment. Passent aussi à côté de nous des vendeurs de journaux, de magnets, et de nourriture... C'est quand même vachement cool le transsibérien (à ce moment précis, Gwéna vient d'apercevoir des traces de caca sur la serviette de toilette de la vieille dame... Bon appétit si vous êtes à table)... Hormis cette femme ragoutante, nous nous répétons, c'est quand même super bien le transsibérien....

 

Salut !!! Scoubidoo pour passer le temps...

 

C'est aussi un gros moyen de transport de marchandises, car nous croisons beaucoup de trains remplis de bois, cailloux, charbon, fuel, voiture, et tout autre chose. Ces milliers de kilomètres ferrés on tout de même une sacrée utilité !!!

Après quelques heures passées à glander, l'heure de la sieste arrive pour Gwéna. Carole, elle, est au taquet pour aller recharger le téléphone portable. Il y a 3 prises dans le wagons pour presque 60 personnes, il faut donc être attentif. Et comme les prises sont devant les toilettes, en bout de wagon, dans les lieux de passage, nous sommes obligés de rester là bas quand il charge... Gwéna est couché, la prise se libère, du coup, Carole passe 45 minutes entre les toilettes et les poubelles afin que le téléphone se recharge un petit peu... C'est toujours à ce moment là que les gens viennent nous poser des questions. C'est drôle, ils ont tous la même réaction. En général, ils pensent qu'on attend pour aller au toilettes et parfois ils nous disent tout autre chose qu'on ne comprend pas. Réponse systématique, l'universel « I don't understand »... Dites ça à un russe, et il restera face à vous en vous fixant, attendant que vous lui répondiez quelque chose. C'en est parfois déroutant... Il faudra penser à essayer le « Ya ne ponimayu, ya turista, y francu »... Je pense que c'est à peu près compréhensible, mais pas automatique dans nos bouches... malheureusement. Le train s'est arrêté 30 minutes dans une gare, le temps de faire la vidange des wagons et que les passagers se réapprovisionnent dans les petits magasins sur les quais. Carole a eu le droit à 3 questions russes, pendant que Gwéna se reposait paisiblement dans sa couchette.

Nous sommes désormais repartis pour quelques heures de voyage avec un beau soleil qui transperce les vitres... Celui-ci nous l'attendions avec impatience, il était parti depuis plusieurs jours... !

Nous nous arrêtons 2 minutes à une autre station, et Carole découvre que Voksal signifie station !! L'illumination, un mois de traduction pour comprendre le nom des gares vient de se résoudre en 20 secondes...

Enfin, nous voici arrivé en gare d'Irkutsk à 21h19. Nuit noire, et gare bondée... Nous sortons, et cette fois-ci, comme le couchsurfing n'a pas marché, on a bien pris soin de noter toutes les rues à prendre pour se rendre à l'hôtel, et surtout de ne pas en prendre un trop loin de la gare. Nous voici arrivé au numéro 43 de la bonne rue après avoir fait quelques courses... Mais le numéro 43, c'est un immeuble complet, et comme à leur habitude, les russes n'affichent nulle part l'entrée de leur hôtel. On va donc dans un mini supermarché... Le vendeur nous a seulement dit que c'était la bonne rue... merci, on savait !! On pourrait appeler, mais ça ne sert à rien, car les propriétaires d'hôtel ne parlent surtout pas anglais en Russie... On patiente un peu dans la rue, en se creusant la tête de savoir comment on pourrait faire. On sort le téléphone en dernier recours, même si Carole n'est pas enchanté de devoir parlé avec un mur, surtout au téléphone... Quand nos sauveurs sont arrivés !! Un couple est arrivés de nulle part. On leur pose la question, et bingo, ils allaient au même endroit que nous, eux-mêmes ayant réserver une chambre à cet endroit. Du coup, ils connaissent le code, et nous amènent jusqu'à la bonne porte !! Spasibo, Spasibo Bolchoï !!

Arrivés dedans, maintenant il faut s'enregistrer. On a réservé par Booking.com. Nous disons donc : « Booking » !! Mot qu'ils sont censés connaître... Et bien non !! Tant pis, on sort les passeports, et ça marche on est enregistré. Cet hôtel n'accepte que le liquide. Pas de soucis, on avait tout prévu, on avait été retiré. On sort le liquide, face à un mur, parce qu'on a toujours pas eu un sourire depuis 15 minutes... Et comme à leur habitude, elle n'a pas de monnaie !! Purée, mais si tu n'acceptes que le liquide, fait au moins de la monnaie !! Ces russes commencent vraiment à sortir par le nez de Carole... Gwena arrive encore à garder à peu près son calme... Aussi, elle souhaite une caution. Comme si les 800 roubles supplémentaires ne suffisait pas, elle garde le passeport de Carole. Impossible de se faire comprendre car on ne comprend pas pourquoi elle garde 800 roubles plus le passeport de Carole, elle finit par appeler une dame qui parle anglais et qui finit par nous expliquer au téléphone qu'elle nous rendra l'argent et le passeport demain matin... Bon ok, de toute façon, on reste qu'une seule nuit, on verra ça demain...

Découverte de la chambre, plutôt confortable, toilette et douche commune, mais ça on a l'habitude et petite cuisine, enfin plutôt un frigo et un micro-ondes. Avec tout ça, on est crevé mais il faut qu'on trouve ce que l'on va faire demain. Après quelques recherches sur internet, on prend la décision de partir vers Baikalsk. C'est dommage d'être si près de ce lac sans même s'y arrêter. On ira donc acheter les billets à la gare dès demain matin... C'est une station balnéaire, ça devrait le faire...

On ferme tout, on se met dans le noir, et bonne nuit !!!




Etapes :
Irkutsk
Note: 5/5 - 2 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Carole et Gwenael PAVY MAINDRON Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.