Journée galère de Irkoutsk à Baïkalsk.

31/10/2013 - Pays : Russie - Imprimer ce message

Réveil assez dure ce matin, nous ne nous sommes pas couchés très tôt hier pour faire nos recherches sur notre destination du jour. Le réveil étant programmé à 8h30 pour nous laisser le temps d'aller à la gare avant midi en laissant nos sacs dans notre chambre. Café avalé sans gâteaux ce matin, toilette et en route. Avant de partir nous prenons soin de taper sur notre traducteur google quelques renseignements avant de sortir, numéro pour rentrer dans l'immeuble, la clé de la chambre... La secrétaire nous indique sur un bout de papier de taper sur le numéro 5 en bas, ok, niveau clé pour fermer la chambre, bah, non, y'en a pas... Bon ok, on part quand même.

Le nom des villes notés en russe dans la poche nous partons tranquillement, la gare est à 5 minutes à pied (enfin c'est largement assez pour te faire écraser 2 ou 3 fois). Arrivés à la gare direction les machines automatiques pour retirer nos billets, et merde, ce n'est pas les même que d'habitude, on va être obligés d'aller au guichet. Carole prépare son petit papier avec le nom des villes et la date du jour pour simplifier la chose, le temps de faire ça 2 guichets sur 3 ferment les rideaux. Pause café certainement. Nous tentons notre chance, la guichetière plutôt aimable nous fait signe qu'elle ne comprend rien mais elle appelle une de ses collègues qui parle 2 ou 3 mots en anglais.Petit moment de panique, le passeport de Carole est en caution à l'hôtel, et merde faudra que l'on revienne... Elle nous indique que le prochain départ est à 18h40 en train électrique régional, Electrichka, ok, on valide. Nous achetons nos billets pour la modique somme de 96 roubles chacun (environ 2,20€) et sans passeport pour la première fois.

Il est temps pour nous de rentrer pour préparer nos sacs, et surtout réserver un hôtel et regarder pour combien de temps on en à pour parcourir les 150 kms qui séparent les deux villes.A notre grande surprise il faudra environ 3 heures... Il dessert environ 40 ou 45 gares avant nous. Nous trouvons un hôtel pas cher situé à 200 mètres du lac. Par contre il est indiqué qu'il est à 10 kms de la gare, il n'y a pas vraiment plus prêt, un taxi fera l'affaire pour nous y emmener ils ne sont pas très onéreux ici.

Il est midi, donc l'heure de quitter notre chambre, avant de partir nous prenons soin d'aller récupérer notre caution, la secrétaire part et revient avec le passeport de Carole et nous dit que c'est bon.... Heuuu ??? Et les 800 roubles qu'on à laisser car vous n'aviez pas de monnaie ??? Ah oui, j'avais oublié... Grrrr arnaqueuse...

Nous pouvons désormais rejoindre la gare, nous avons 6h40 devant nous, il nous faut simplement trouvé de quoi manger ce midi et ce soir dans le train. Vu l'heure on part à pied à la recherche d'un supermarché, nous longeons la gare puis nous arrivons sur un pont qui traverse le fleuve et mêne au centre ville. On en profite pour prendre quelques photos car c'est plutôt joli,mais pas très rassurant. En effet le tram passe sur ce pont et tu le sais quand il passe, tout le pont se met à vibrer c'est flippant.

 

vue du pont vue du pont vue du pont

 

Bon nous suivons les lignes de trams, ça nous évitera de nous perdre et en général il y a de la vie et des commerces le long des voies, je dis bien en général.... Et bien pas là.. Et au bout de 1h30 de marche dans tout les sens toujours rien, enfin si... Des photos des monuments très sympas qui nous entourent. Nous apercevons enfin un plan où il est indiquer les magasins, monuments, café, resto, etc... Mais le problème c'est que sur ce plan il n'y a pas de différence entre magasin alimentaire ou de fringues. Nous repérons ceux qui ne sont pas loin. Direction donc la rue d'à côté, rien, rien et rien, des gens entre par une porte de magasin, nous tentons notre chance. A notre grande surprise, nous nous retrouvons dans le paradis de la chaussure, 2 étages, une bonne centaine de boutique, que des chaussures et uniquement des chaussures, hallucinant. Du coup on commence à désespérer, mais dans un recoin Gwéna finit par apercevoir un petit épicier, ça fera l'affaire. Carole part faire les courses pendant que Gwéna garde les sacs devant les caisses. Au moment de passer en caisse pour Carole la file d'attente s'allonge, avec toujours les mêmes, ceux qui sont plus pressés que les autres... Tout le monde double tout le monde. Un mec pousse Carole pour passer devant, ce qu'il a réussi à faire mais en y laissant un genou, car Carole à eux le bon réflexe de lui mettre un coup de panier en métal dans les rotules, ce qui l'a fait gémir quelque peu, bien fait, ca fait mal dans les rotules...

 

centre d'Irkutsk centre d'Irkutsk centre d'Irkutsk

centre d'Irkutsk centre d'Irkutsk centre d'Irkutsk

centre d'Irkutsk centre d'Irkutsk centre d'Irkutsk

centre d'Irkutsk

 

Bon nous ressortons avec pleins de truc à manger, des chips, 3 bananes, 2 yaourts, 2 kinders country et 1,5l d'eau (pour deux repas on va s'économiser). Nous traversons donc la rue pour rejoindre un parc public et pique niquer avec notre pote le pigeon, pendant que Carole commence définitivement à se sortir les ruskovs par le nez !!!

 

notre copain pigeon 

 

Repas avalé nous retournons à la gare tranquillement, il est même pas 15h...

Retour à la gare, Gwéna à très envie de faire pipi et ne tient plus, nous parcourons donc la gare dans tout les sens, pas de toilettes, nous demandons à une dame de la gare, qui nous fait signe de sortir de la gare. Demi tour, arrivés dehors nous ne trouvons aucun endroit où il soit indiqué des toilettes.

Nous re rentrons dans la gare pour nous asseoir et enlever nos sacs. Carole retourne dehors à la recherche des toilettes, qu'elle finit par trouver dans un autre bâtiment à côté de la gare, quel soulagement pour Gwéna....

Puis vient le coup de panique dans la tête de Carole... Le train de 18h40 c'est heure local ou « Moscow time » ce qui fait 23h40 du coup !!!

Carole se met donc à dessiner deux pendules avec écrit Irkutsk et Moscou au dessus pour aller les présenter aux guichetières, heureusement c'est heure locale.

Nous tuons donc le temps en jouant, et surtout en matant les gens plus ou moins bizarres qui passent devant nous. Carole essaye elle de traduire le tableau d'affichage pour comprendre le nom des villes. Puis arrive l'heure où le numéro de quai de notre train s'affiche, nous avons 10 minutes pour trouver le quai et 2 minutes pour monter dans le train. Quai n°1 nous déscendons donc pour rejoindre tout les quais, enfin le 2, 3, 4, 5, 6, et le 7, pas de quai n°1, demi tour au pas de course, Carole demande à un flic « plateformah 1 », il nous fait signe que c'est derrière la gare mais qu'il faut sortir par l'entrée de la gare et la contourner...

On y est, le train arrive, nous montons à bord. C'est comme un TER, pas de places nominative, avec des banquettes de 3 personnes, face à face. Nous nous installons comme on peut avec nos gros sacs à côté d'une dame qui joue au Rubik's cube. Le train démarre, et la contrôleuse passe vérifier les tickets de tout le monde. Les contrôleurs ici doivent être très physionomiste car il contrôle les gens dès que du monde monte dans le train. Et maintenant, on attend... 3 heures ou 5 heures, on ne sait plus exactement... C'est long, mais on a la chance d'assister au coucher de soleil dans le train. Avec les trains de marchandises à contre jour, ça donne des images magnifiques... Mais il fait vite noir, et nous faisons beaucoup d'arrêt, un toutes les 5 minutes à peu près. On s'aperçoit que beaucoup de gare n'ont pas de bâtiment, mais juste un quai... et les gens descendent avec leur lampe torche... C'est alors qu'on se demande à quelle heure on va arriver. On essaye de regarder à plusieurs reprises le nom des gares quand on s'y arrête... On en lit une et il y a un panneau au fond du wagon qui à l'air d'afficher les arrêts. Carole veut faire passer le temps et alors va essayer de lire. Impossible de trouver le bon arrêt, ce panneau ne correspond en fait pas du tout à notre trajet. La logique russe est totalement inexistante... La contrôleuse passe, on lui demande alors avec le langage des signes à quelle heure nous arrivons. Elle revient 2 minutes plus tard pour nous dire l'heure. Et nous montrer sa montre, car elle ne sait pas si on est à l'heure de la région... C'est ok, on arrive à 22h45, soit 4 heures de train.

A côté, notre voisin alcoolique a compris que nous déscendions en même temps que lui, et décide de nous montrer des photos sur son portable. Les photos du lac Baikal... trop beau !! En fait, ce monsieur est pêcheur, et n'a visiblement pas l'air de se faire beaucoup de cadeau. Il essaye de discuter mais on ne comprend pas grand chose. Il est juste pêcheur, il vit à Baikalsk et il liche beaucoup... C'est tout !!

Notre arrêt arrive enfin, c'est le terminus, et Gwena est convaincu de trouver un taxi pour nous amener au bout des 10kms, à notre hôtel. Quand on pose le pied sur le quai, on commence à comprendre... Pas de lumière, pas de bâtiment de ce côté. Le train s'en va... pas de bâtiment de l'autre côté... C'est donc juste un quai comme tout les autres.

On résume, il est 22h40, il fait nuit noire, froid, pas de carte, pas de lumières, pas de gare, et l'hôtel est à 10 kilomètres... Ahahah, la bonne blague. Voilà donc comment sont desservis les stations balnéaires réputées de Russie. Première chose, regarder autour de nous, forcément, il n'y a aucune voiture et on voit les gens s'enfoncer dans la forêt à pieds... On sort donc les lampes torches, et nous dirigeons vers la route au dessus de nous. On passe dans un chemin plein de boue et de cailloux, ce qui est l'accès au quai... Arrivés en haut, nous sommes sur un trottoir, avec en face de nous une route et des lampadaires qui l'éclairent. A gauche rien, et à droite, rien !!! Décision prise d'appeler l'hôtel parce que là, on peut pas faire grand chose. Carole appelle, ça décroche, et ce n'est toujours pas possible en anglais... Carole bredouille 3 ou 4 mots très simple en anglais... Lost, Trainstation, Taxi.... Pas un bruit à l'autre bout du fil... exaspérée, Carole raccroche au nez sans rien dire de plus, de toute façon ils ne comprennent rien... 3 jeunes passent alors à pieds et vont vers le bas de la colline. Carole se dit que le lac est logiquement en bas, et que l'hôtel était à 200m du lac... Donc on va changer de direction et descendre vers le bas de la vallée. On retourne vers les rails, traversons le chemin de fer en manquant de peu de se tordre la cheville... On suit les jeunes de loin, et marchons dans la forêt sur un chemin recouvert de bitume. On arrive alors sur une route, et entendons l'eau à côté de nous qui descend la vallée. Les jeunes se sont arrêtés, on poursuit de notre propre chef. Soit on coupe à travers la forêt, soit on suit la route... Les 2 sont dangereux, soit on se perd dans la forêt, soit on suit la route de montagne avec des chauffards russes. Ok, on suit la route... On arrive alors dans un village. On décide de toujours descendre. On croise des jeunes bourrés, bizarre... On arrive sur une route traversante, soit à gauche, soit à droite... A droite il y a plus de lumière, c'est parti. On marche 300 mètres et on tombe sur un grand parking éclairé avec des enseignes fermés... On poursuit, et au bout de 500 mètres, plus rien... On décide de faire demi-tour pour rester à la lumière, et on se dit qu'il faut qu'on marche toute la nuit pour se réchauffer...

On prend une autre route sur la gauche, qui remonte. On voit un petit magasin d'ouvert, des jeunes y achètent quelques trucs... On en fait de même, on rentre et on achète chips et chocolat, au cas où !! Parce qu'en plus, on a pas vraiment mangé aujourd'hui... On montre alors au monsieur une phrase sur le téléphone qui signifie : «  Où puis-je trouver un taxi ? » en lui montrant l'adresse de l'hôtel. Il prend les choses en main et nous appellent un taxi !! Cool !!! Pendant ce temps, des jeunes rentrent et sortent. Certains achètent des bananes, d'autre des sucettes, des clopes, et d'autres de la bière... Nous sommes jeudi et il est 00h30, c'est normal non ?

Nous attendons que le taxi arrive quand le monsieur discute avec des jeunes, prend sont téléphone et parle de taxi... étrange ! C'est alors qu'il nous dit de suivre les jeunes. Ils nous font monter dans leur minibus 12 places... Ok, on suit. On roule 3 minutes pas plus et ils s'arrêtent. Nous sommes arrivés à bon port... Quoi ??? C'est une blague ??? On était à côté !! On a jamais marché 10 kms pourtant !! Ok, bah tant mieux, les jeunes nous disent No money No money !! Ok, Spasibo !! Spasibo !!

Nous sonnons et rentrons dans l'hôtel. Bien évidemment, sans un mot d'anglais. Que du russe. On retente comme la veille : « Booking ! » Non, pas de réponse... sauf que là, on a réservé avec la carte bancaire alors on va pas trop rigoler. Ils ne comprennent rien. Comment tu peux proposer des réservations sur un site internet sans en connaître l'existence. Logique ? Y'en a pas ? On sort le PC et leur montrons le récépissé de réservation que Carole avait enregistrée sur le bureau au cas où. Heureusement. Pour réserver, on donne le nom, l'adresse, le numéro de téléphone, le nombre de nuits, les dates... tout !! Ils ne savent rien de tout ça... Comment est-ce possible ? Tant pis, on finit par se faire comprendre grâce à une jeune qui bredouille 3 mots d'anglais et qui traduit sur son portable... Ils prennent nos passeport et nous les rendront demain... Et bien !!

On découvre la chambre, enfin les 2 chambres parce qu'ils n'avaient pas compris qu'on dormait ensemble... On rééxplique, c'est ok, quand la jeune revient en nous demandant si on veut le petit déjeuner demain matin. Pffff, il est 1h00 du mat', la dame de l'acceuil a ouvert les robinets de la douche et les laisse pisser, on ne sait pas pourquoi, et on nous demande pour les petits dej'... On sait pas, elle va chercher le menu, le traduit, Salade, Porc et Légumes au petit dej, euh Niet Niet, ça ira, on se demerdera... On verra bien demain quand il fera jour... Sur ce, on ferme les portes et à demain tout le monde, nous on est crevés !!



Etapes :
Baykal’sk
Note: 5/5 - 3 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :
Par manu
le 03/11/2013 à 18:40:42
Vous avez du avoir un sacré coup de flippe de passer la nuit dehors !!!! Pourquoi t\'en a marre des russes? Leur côté \"fermé\" t\'agace Carole?
Par Carole et Gwenael PAVY MAINDRON
le 04/11/2013 à 02:37:29
Coup de flippe pas vraiment, parce qu\'on aurait pas vraiment eu le choix... Et on ne se sentait pas du tout en danger, malgré l\'aspect de la ville... Et pour les Russes, heureusement qu\'on fait des belles rencontres et qu\'on tombe sur des gens aidant de temps en temps, parce que pour le reste, ils sont sales (ils crachent partout et se mouchent comme les cyclistes en soufflant fort et en se bouchant une narine... donc on évite morve et crachas sur les trottoirs...), ils sont mal polis (ne disent jamais merci, aurevoir, bonjour...), impatients (si il y a une file d\'attente ils s\'en foutent, ils passent devant toi, donc tu dois coller à 1cm près ton voisin de devant), et n\'aiment pas faire d\'efforts (tu leur explique que tu ne parle pas russe, mais tu dis les 3 ou 4 mots que tu connais, et ils persistent à te parler russe à une allure phénoménale, sans faire aucun geste pour t\'aider et en étant persuadés que d\'un seul coup tu vas leur faire une jolie phrase russe...) Bref, ils ne sont pas vraiment sociables pour le reste... Mais maintenant, j\'ai compris, je fais de même, joue des coudes, ne répond pas quand on me parle russe et donne des coups de caddies dès que possible... Ca détend niark niark niark !!

Laisser un commentaire

Copyright © Carole et Gwenael PAVY MAINDRON Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.