Nous voilà à Xi\'an...

05/12/2013 - Pays : Chine - Imprimer ce message

Revenons-en à nos moutons sur ''LA'' fameuse nuit. Le bruit, les rires, les cris... L'état du wagon en dit long sur la propreté de nos voisines, c'est le chantier... Il y en a dans tout les sens, c'est dégueulasse. Nous avons passé notre nuit à tourner, virer !!! Carole s’assoie pour que Gwéna puisse s'allonger en chien de fusil. Soudain, Carole hallucine. Un petit garçon d'à peine 3 ans est piqué droit debout devant Gwéna, et le fixe sans bouger. Il n'a jamais du voir un blanc dormir comme ça... Ou alors c'est sa barbe qui l'intrigue, ou bien juste parce qu'il est moche... Trop drôle, il est resté là bien 5 minutes avant que son père vienne le chercher. Puis nous changeons de rôle toutes les heures. Gwéna ne dort pas donc il lit. Le jeune couple en face de nous nous intrigue, ils ont notre âge, mais pas la même mentalité. Le gars à passé la nuit assis sur une fesse, pour laisser la place à sa copine (une vraie princesse). Il va lui acheter à manger, lui prépare à manger, lui épluche sa clémentine, la couvre, lui range ses chaussures, un vrai petit chien... Pauvre homme !!

Bref, nous dormons par intermittence de 4h à 7h, Gwéna se réveille il a déjà la dalle. Donc il ne se laisse pas abattre, petit café, croissants. Comme tout bon français il trempe son croissant dans le café, comme à la maison, vous faites bien tous ça ?

Et bien ici, Gwéna est devenu une bête de foire. Carole lui signale que tout le monde autour examine la complexité de ce geste. Bon ils auront eu le temps d'en profiter car il s'enfile trois croissants (quel dévouement pour le spectacle). Carole a même eu envie de l'applaudir après tout ça...

Bien sur, nos 5 énergumènes de voisines sont réveillées depuis longtemps, donc la rame entière n'a pas d'autres choix que de se réveiller tellement elles parlent fort et rigolent comme des dindes... Ca doit être à force de manger des pieds de poulet... Elles petit-déjeunent. Soit, une clémentine, puis un pied de poulet, puis une saucisse, re une clémentine, ensuite des pipas, entrecoupé de lait à la pomme et pour terminer sur de nouveau une clémentine. Leur délicatesse est telle qu'il y en a autant par terre que sur la table. Et bien sur, il n'y a absolument rien dans la poubelle de table mise à la disposition de chacun... Même le pauvre voyageur chinois qui s'est retrouvé à la même table qu'elles a halluciné. Pour vous dire, un chinois qui hallucine sur l'état de propreté, c'est que c'est vraiment crade !!! Et soudain, alors qu'elles n'ont pas fini de manger, c'est leur arrêt, donc elles se précipitent et sortent en catastrophe, en gueulant pour nous dire au revoir, oui oui, à nous, étranger !! Ok, Byebye !! Cassez-vous...

De nouveaux passagers montent, regardent la table, regardent le gars qui est resté dans la rame, regardent la table... Et se disent, mais quel porc !! Le pauvre... Une dame s'asseoit donc, et se voit obligée de nettoyer la table, aidée du jeune homme, dépités !! Il n'y avait pas de quoi poser une main sur la table...

Le voyage continue, au calme, ça fait du bien. Puis, vient un arrêt où un nombre incalculable de nouvelles personnes montent... C'est reparti pour un joyeux bordel !! Le temps passe, et il est 10h, l'heure a laquelle on doit à peu près arriver. On ne se souvient plus de l'heure précise. Puis, 10h30, puis 10H45, puis toujours rien... étrange. Là, notre voisin commence à se préparer, nous savons qu'il descend aussi à Xi'an, il nous l'a dit lors de notre discussion mythique en franglais chinois... On lui demande, il nous dit que c'est là. Sauf que nous avons oublié que le chinois se prépare toujours 3 plombs à l'avance. 30 minutes plus tard, notre train s'arrête enfin, gare centrale de Xi'an. Nous descendons.

Première chose, regarder les horaires pour notre prochaine ville, et acheter de quoi manger ce midi. Arrivés sur le parvis. On est sciés. Il y a des centaines de personnes. Toutes nous regardent passer une à une... Là, c'est comme si nous avions un véritable nez rouge de visser sur au milieu de la tête !! Certains font même parfois 3 fois le tour de nous pour bien nous regarder. C'est de la folie... On trouve une machine, on la programme en anglais et on regarde les horaires de notre prochaine destination. Ca attire la curiosité d'une vieille dame qui se poste à côté de nous et regarde ce que l'on fait... Nous n'y prêtons plus attention, c'est devenu une routine. C'est ok, pour les horaires. Nous allons donc acheter 2 ou 3 trucs, il y a un petit supermarché juste à côté. Carole attend dehors pendant que Gwéna achète ce qu'il faut. C'est parti, on traverse le parvis en direction de l'auberge repérée sur internet, à une petite heure de marche. Quelques taxis nous voit avec une carte et nous accostent pour nous proposer leur service. Non non, c'est ok pour nous. Sur la route, on se rend compte qu'ici, pour traverser, c'est la croix et la bannière. Pas de feux ni de petits bonhommes verts. Mais après la Mongolie, on est rodés à cet exercice. Et surtout, on voit une quantité de bus affolante. Des bus couchettes, des bus de touristes, des bus de transports en commun, partout !! Au point qu'on ne peut pas marcher sur les trottoirs car ils sont tous garés dessus. Après Une petite heure, nous arrivons dans la rue LianHu. On avance, mais ne trouvons pas le numéro 4. On sort la carte, Gwéna son Gps, et après tout juste 2 minutes à regarder autour de nous, une jeune femme vient d'un pas ferme vers nous et nous dit, du tac au tac : « Can I help you ? » Oh cool, « Of course !! Ancient City International Youth Hostel, number 4 !!» Et elle nous amène jusqu'à la porte de l'auberge. Ils sont vraiment sympas ces chinois. On entre, et on se dit que ce n'est pas ici qu'on a pu trouver des prix aussi bas. C'est classe, beau et propre. Même un peu trop pour le standard chinois. Nous entrons pas par la bonne porte donc nous nous retrouvons dans la partie bar restaurant, avec mobilier ancien, lumière tamisée et billard. Nous n'avions pas réservés de chambre car nous avions une mauvaise connexion à Qingdao, et la carte de Carole ne passait pas. De plus nous avons lu sur le guide qu'il faut négocier les chambres. Du coup nous avions trouvé le prix le plus bas sur internet, soit 3,60€ par personne. Carole annonce que nous voulons deux lits en dortoir à ce prix là. Ils discutent entre eux et acceptent. Du coup on se dit qu'on va essayer de baisser le prix avec la carte ''Hostelling international''. Du coup ils nous annoncent que ce ne sera pas possible mais qu'au lieu d'être dans un dortoir 6 lits, nous ne serons que 4. Ok cool !!

C'est donc chambre 206 pour nous, avec ascenseur s'il vous plaît... La chambre est plutôt grande, très propre et avec des grands casiers. Bon visiblement nous ne sommes que tous les deux pour le moment, en même temps il est tout juste midi... On s'installe, et on va voir les sanitaires. Avec des chiottes turcs dans le train, autant vous dire que parfois tu préfères te retenir et attendre une heure ou deux de plus... On entre, du côté douche, et on découvre des installations super clean, avec douche de tête et pommeau, c'est grand, et hyper propre, vraiment royal... Côté toilettes, la même chose. Toilette à l'occidentale, avec papier qui ne gratte pas les fesses. Savon a disposition pour se laver les mains et machine à laver en self service. Bon par contre, pas de sèche linge, mais à ce prix là, on ne va pas cracher dans la soupe. Moins de 7€50 la nuit pour 2, c'est vraiment valable.

De retour dans la chambre, on s'arme de notre passeport, téléphone, numéro de compte... et on file à l'accueil, voir si on peut téléphoner au Consulat de France de Chengdu. C'est notre prochaine ville, et par chance, il y a un consulat français qui pourrait recevoir la carte bancaire de Carole. Hors de question d'envoyer ça dans une auberge, ils sont complètement tabayos au Crédit bouze !! L’accueil nous autorise en nous annonçant un prix, 0,8 yuans la minute. Ok, de toute façon, ce sera toujours moins cher qu'avec notre téléphone. On appelle donc le numéro inscrit sur le guide du routard. Ah, grande surprise, le numéro n'est pas attribué. On demande alors s'il y a un indicatif à composer. La jeune fille de l’accueil paraît surprise, car il n'a pas l'air de s'agir d'un numéro chinois. Gwéna cherche alors rapidement sur internet, et on trouve un autre numéro. On appelle. Ah, toujours pas attribué... Alors on nous dit de faire le 0 pour sortir avant de composer le bon numéro. Ok !! On s’exécute et ça sonne. Pas de réponse. Nous regardons les horaires d'ouverture. Ah oui, c'est vrai, c'est français, c'est donc fermé entre 12h30 et 14h... Il est 12h40, dégoûtés. On attendra donc 14h. Au passage, on demande à l'accueil de nous ouvrir la porte de notre chambre car on a oublié la clé dans la chambre... Quit à être relou, autant l'être jusqu'au bout hein ?

De retour dans la chambre, Gwéna commence à recopier les articles sur l'ordinateur, pendant que Carole regarde les informations françaises sur le téléphone. Notre Président à des problèmes de prostate, c'est Glam !! 14h sonne, on retourne à l'accueil. Nous réexpliquons notre problème car ce ne sont pas les même personnes à l'accueil. C'est reparti, on appelle et ça sonne. Ca déccroche, et ça parle français !!! Alleluïa !!! Carole explique son problème. La femme au bout du fil commence à expliquer la procédure quand soudain, ça coupe... Gregnongnieingnien !! On va pas y arriver. On recompose le numéro. Tout est noté, il faut leur envoyer un mail pour les prévenir, mais bien sur ils ne s'opposent pas à recevoir ma carte, ils sont là pour ça. Nous réglons notre Yuan 50 (18 centimes d'€uros). Et on remonte dans la chambre. Maintenant, il faut appeler le service client du Crédit Agricole. Ca sonne, on attend 3 plombs, et on explique la situation. Après 50 questions de sûreté, elle me demande l'adresse. On lui dit donc que c'est une adresse en chinois. Il faut qu'elle aille sur Internet ou bien qu'on lui envoie un mail. Hors de question, ce n'est pas possible... Je dois trouver une adresse en français. Ils sont vraiment cons jusqu'au bout ceux-là. Malgré la courtoisie de la dame au bout du fil, ça devient vraiment chiant tout ça. Carole trouve une adresse en anglais et la lui communique en disant bien qu'il y a de grande chance que ça ne passe pas ici. Bon, c'est un livreur UBS, mais je ne lui souhaite que du courage. Après ça, on demande si on aura des frais, car la banque nous a dit de nous adresser à ce numéro pour en savoir plus. Réponse de la dame : «  Ben j'en sais rien moi, c'est pas moi qui m'occupe de vos contrats, c'est à votre conseiller de vous dire ça ! » Bon, c'est définitif, le Crédit Mutuel aura une nouvelle cliente en Aout 2014. Du coup, on raccroche, et on regarde le temps passé. 10 minutes de communication. 30€ dans notre gueule à cause d'une banque qui n'a pas bien fait son boulot. D'après l'agence de Montaigu, bah c'est un numéro vert, c'est gratuit. Bande de blaireaux, on est en Chine !! On verra bien sur notre facture. Et si Carole voit apparaître des frais sur son compte, les mails vont volés. Ils ont de la chance qu'on ne puisse pas aller les voir... Désormais, nous avons plus qu'à attendre le 14, que la carte arrive au Consulat. C'est bien, ça nous empêche de faire la moitié des trucs qu'on avait prévu... On apprécie la blague.

Une fois remis de nos émotions, on continue de taper les articles. Puis on se dit que ce serait bien qu'on sorte un peu, on a rien à manger encore une fois. Et avec tout ça, on est vraiment crevés. Nuit blanche (ou presque) + Crédit Agricole, ça vous tue un homme !!

Nous descendons, demandons une carte de la ville. Ils n'en ont pas. Alors on demande où trouver un grand supermarché. Elle nous en indique un juste à côté. On profite pour demander la ligne de bus qui peut nous amener à l'Armée. Elle rechigne un peu car ils organisent des excursions là bas. La réponse de Carole lui a couper la chique. « Désolée, on a un budget serré, et on ne peut pas se ruiner pour une excursion !! » Elle a vite compris. Par l'auberge, l'excursion est à 355 Yuans par personne, par nous même, c'est moins de 150 Yuans par personne. Le calcul fait, on est pas fous, et on a l'habitude de barouder maintenant, on ne risque pas de se paumer. Ou alors on retombe toujours sur nos pattes. Bus 306, c'est noté !!

On sort, on va faire des courses. Comme d'hab, on n'a pas de cuisine, donc on ne trouve rien à cuisiner. On a une bouilloire, donc ce soir, on mange... des pâtes !! Et oui !! Bouteille d'eau, bière, Sprite, café... Tout est dans le sac, on rentre, et on visitera demain, la fatigue commence déjà à nous emporter.

Une fois rentrés, nous prenons une douche à tour de rôle pendant que l'autre continue à taper les articles. 3 articles à faire, ça fait pas mal de boulot.... Puis nous mangeons. On essaye de se mettre à la mode chinoise. Manger la bouche ouverte en faisant le plus de bruit, et aspirer ses pâtes en faisant toujours un maximum de bruit. La technique est difficile, Carole manque de s'étouffer, et Gwéna ne parvient pas à manger la bouche ouverte... On a encore du travail avant d'être de vrais chinois... Par contre, niveau folie, on ne doit pas en être loin. Un peu de fatigue avec tout ce qui nous entoure, et on se surprend à raconter de belles conneries et à faire des trucs vraiment chelous... Repas avalés, on publie 2 articles, on fait la toilette, et le troisième attendra demain, on s'endort sur le clavier...

Bonne nuit à tous, il est à peine 22h et la grasse mat' va nous faire du bien,

A demain !!!




Etapes :
Xi’an
Note: 5/5 - 3 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :
Par babeth
le 06/12/2013 à 20:02:31
je vous préviens vous n\'avez pas intérêt à revenir avec l\'habitude de manger la bouche ouverte je ne pourrais pas le supporter!!!
Par Carole et Gwenael PAVY MAINDRON
le 10/12/2013 à 11:38:22
Quoi qu\'il en soit, on arrivera jamais à ce niveau... ca nécessite un grand entrainement...

Laisser un commentaire

Copyright © Carole et Gwenael PAVY MAINDRON Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.