On en voit pas le bout

03/04/2014 - Pays : Nouvelle Zélande - Imprimer ce message

Réveil moins frais que les autres matins, ce n'est pas grande chaleur mais il y a quelques rayons de soleil. Carole sort préparer le petit déjeuner et faire un peu de vaisselle. Pendant ce temps Gwéna plie le lit et sort étendre nos duvets pour qu'ils aèrent un peu. Nous prenons notre café tranquillement. Puis Gwéna finit l'article d'hier pendant que Carole range et finit la vaisselle. Puis toilette, un peu de lessive pour Carole, les niveaux (Gwéna en profite pour tacher son pantalon) et nous sommes fin prêts.

Nous devons être matinaux ce matin, personne n'est encore parti, ça bouge tout doucement dans le campement. Nous prenons la direction de grottes, mais nous ne savons pas réellement où est la route. Coup de chance, elle est presque en face la sortie du camping. Nous avons une petite quinzaine de kilomètres à faire, en lacet, et sur des graviers pour changer. Nous voilà face à l'entrée d'un champ. Il y a un panneau dans ce champ qui nous indique l'entrée de la grotte à 25 mètres. Nous avions lu qu'il fallait marcher 1h...

Petit détail, le champ est fermé et il y a des bouses de vaches. Carole hésite mais Gwéna n'hésite pas du tout, il y a des marches en bois qui passe par dessus la clôture cela doit être fait exprès. Au final, il y a juste un petit crochet qui ferme la barrière et aucun panneau nous interdit d'y entrer alors on fonce.

Nous sommes un peu surpris d'être les seuls ici ce matin, nous en profiterons doublement. Nous traversons le champ et nous retrouvons face aux ''Waipu Caves''. Il était écrit que nous devions emmener nos lampes, nous avons bien fait. Mais nos lampes frontales ne sont même pas assez puissantes pour tout éclairer. Pourtant, nus sommes loin d'avoir pris les mois puissantes. Nous comprenons que la photo dans la brochure a du être prise avec 25 projecteurs de 1000 watts....

 

L'entrée, c'est le trou en bas l'entrée

C'est parti

C'est sombre comme endroit Carole mitraille La grotte 

 

Nous pénétrons un peu dans la grotte, le flash sur l'appareil et Carole prend dans tous les sens. Elle ne voit pas ce qu'elle prend alors elle mitraille. Nous ressortons et nous partons voir le sentier qui mène dans d'autre grotte. Ah, le sentier est fermé. Nous essayons d'aller voir une autre grotte a côté de la première mais arrivés devant ce n'est pas un trou, juste un renfoncement. Nous voyons alors un couple arrivé, ils nous demandent où est l'entrée. Nous n'en savons pas plus qu'eux donc nous leurs indiquons la grotte que nous avons visitée. Nous en profitons pour les suivre au cas ou ils auraient une grosse lampe torche. Eux aussi sont juste équipés de lampes frontales, nous ne verrons pas plus que le premier coup. Nous avons quand même pu voir de belles stalactites, et ça forme un endroit sublime. Pour le reste, nous ne sommes pas spéléo, nous n'avons pas pris le risque de nous casser quelques choses en glissant.

Nous pouvons faire demi tour désormais, la visite est terminée. Nous filons en direction de l'ouest d'Auckland. Là bas, il y a un genre de parc national, les Waikere Ranges, avec des plages de sables noirs. C'est parti. Par contre, la route est longue, très longue. Nous roulons sans nous arrêter mais n'arrivons jamais à bon port. Il faut dire que tous ces lacets nous font rouler plutôt doucement. Enfin arriver à Waikere, petite ville, nous nous stoppons pour déjeuner. Il est déjà plus de 13h. On mange rapidement et nous faisons le point sur ce que nous allons voir dans ce parc. Nous avons 3 solutions, sur 3 routes totalement différentes qui ne communiquent pas. Et bien sur, à presque 100 bornes l'une de l'autre. Notre choix est fait, vue la route que nous devons faire aujourd'hui, on opte pour une plage avec une grotte derrière des dunes de sables noirs. Les autres proposaient des cascades, nous nous sommes dit que les grottes ça allait nous changer. Quelques kilomètres plus loin, après avoir empruntés une route pour l'évacuation en cas de tsunami (et oui, il y avait des panneaux tout le long de la route), nous arrivons sur un parking. Rien de plus que nos parkings de la côte vendéenne. Par contre, une fois que nous prenons le chemin qui mène à la plage, le sable est foncée, brun et parfois noir. C'est très étrange. En arrivant sur cette plage, nous tombons face à une rivière qui va se jeter dans la mer. Ca fait alors un genre de bassin très calme où on peut se baigner. Par contre, le sable étant foncé, l'eau paraît très sale, comme vaseuse. Et pourtant en y regardant de plus près, elle est claire, transparente... Nous poursuivons le long de cette rivière et voyons enfin la mer déchaînée, bon spot pour les surfeurs. D'ailleurs ils sont déjà plusieurs à l'eau. Il y en a pour tout le monde ici. Entre la rivière calme, les rouleaux parfaits et... les fameuses grottes creusées dans les falaises. La première que nous voyons est impressionnantes. Hyper profonde. Nous n'y allons pas car la rivière nous barre la route. Ceci dit, on aurait pu enlever nos chaussures et remonter notre pantalon... Puis nous continuons et à l'autre bout de la plage, nous voyons une seconde grotte, beaucoup plus imposante. C'est celle-ci que nous voulions aller voir. Elle n'est accessible qu'à marée basse mais de là on ne s'en rend pas compte. Alors on commence une longue marche sur une plage balayée par le vent, créant des dessins noirs sur le sable. Nous marchons longtemps, c'est fou ce qu'elle est longue cette plage. Nous nous rendons donc à l'évidence, la marée est trop haute, nous ne pourrons pas y aller. Alors, nous faisons demi-tour sans même nous en être approchés. Et marcher dans le sable y'a rien de plus difficile... Tu forces 4 fois plus, mais tu n'avances à rien... Dur dur !!

 

La plage de sable noir Les grottes de la plage Etendue de sable noir 

Presque personne en vue Le côté artistique de la plage

La grotte qui est trop loin et inaccessible... Wahou La plage 

 

Nous retournons au camion car c'est maintenant que le plus long commence, nous avons pas mal de route à faire et surtout nous devons passer par la capitale. Gwéna roule sans aucun problème jusqu'à Auckland mais une fois en ville, tout se complique. Nous arrivons à un grand carrefour, nous voyons un laveur de pare-brise qui fait un peu peur. Nous avons plus l'impression qu'il va casser des voitures que les laver... Nous, on s'en fou, il n'est pas de notre côté. Nous poursuivons notre route, Carole se repère tant bien que mal sur le bout de carte qu'elle a. Nous roulons un bon moment quand Gwéna s'étonne, heu attend, c'est pas le laveur de pare brise... Ah oui, nous avons roulé vingt minutes et nous voilà au même endroit. Demi tour et on recommence par une autre route. Un autre demi tour plus loin nous voici enfin sur la bonne route, après un long tournage en rond... En même temps, sans les noms de rue sur les cartes, pas facile facile...

Nous sommes maintenant sur une voie rapide mais un gros bouchon se forme devant nous. Nous roulons tranquillement et pensons à un accident. Mais au bout d'un moment nous apercevons un panneau qui annonce un feu !! Un feu ? Sur une autoroute ? Nous roulons encore et toujours au ralenti quand nous voyons enfin le feu... Description du feu : feu rouge, 5 secondes, feu orange, 1 seconde, feu vert, une seconde... Nous avons la preuve en image... Nous ne comprenons pas vraiment le principe, ce doit être pour réguler le flot d'entrée de voiture sur l'autoroute principale. Quand vient enfin notre tour, nous nous croyons à un départ de rallye à trois de front...

Bon, ce n'est pas tout, mais nous allons mettre de l'essence avant de partir vers le sud, elle sera sûrement moins cher ici. Gwéna en profite pour vérifier la pression des pneus car le van fait des trucs bizarres. Nous avions un pneu qui était loin d'être gonflé, 32Psi au lieu de 50... Il est 17h, d'après les plans de Carole il nous reste 140 kilomètres environ.

Nous roulons, nous roulons, nous roulons mais les kilomètres ne passent pas. Il nous reste toujours plein de route à faire... Gwéna commence à en avoir marre, il pensait arriver avant la nuit. Soudain Carole lui annonce qu'il nous reste au moins une heure de route, elle n'avait pas vu qu'il manquait une page dans le guide donc des kilomètres en plus. Super, avec la pluie en plus, de nuit, Gwéna est ravi et ne veut pas laisser Carole conduire, la nuit sa vision se dédouble encore plus. Gwéna doit faire une pause, il commence à en chier. Nous nous arrêtons un petit quart d'heure pour reprendre de plus belle. Reste plus qu'à trouver notre route que nous ne trouvons pas. Quand nous la trouvons enfin, il est indiqué 18 kilomètres pour rejoindre la ville. Une fois là bas nous avons encore 18 kilomètres pour rejoindre le camping dont 13 de graviers. Et clou du spectacle nous prenons un bouillon en arrivant... La totale !!

Il est 22h30 nous faisons le tour du terrain qui est totalement inondé pour trouver une place les pieds au sec. Nous resterons donc sur l'allée goudronnée. Carole finie les pâtes de ce midi pendant que Gwéna se fait des noodles. Il est 23h30 maintenant, nous sommes crevés, la nuit s'annonce froide et très humide. Nous avons fait 520 kilomètres aujourd'hui, la fatigue nous emmènera en quelques secondes, bonne journée à tous.

Note: 5/5 - 1 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Carole et Gwenael PAVY MAINDRON Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.