Tirana, et son charme étrange et la recherche d\'une voiture à louer

13/08/2018 - Pays : Albanie - Imprimer ce message

La journée commence très tôt. Et oui, l'atterrissage est à 1h du mat' à côté de la capitale albanaise, Tirana. C'est le seul aéroport du pays. et il est tout petit. Plus petit que celui de Nantes pour donner une idée. Petit passage par la douane et nous retrouvons notre sac. Nous voilà désormais au niveau de la sortie. Toujours ces fameux "taxis, taxis, taxis taxis !!" Nous préférons nous écarter de ça, nous partons retirer quelques leks (140 leks = 1€ environ), et attendons tranquillement le matin en dormant sur notre banc, à tour de rôle, par tranche de 30 minutes à 1h30. Rien ne nous réveille, ni l'alarme des arrivées de sacs pour Gwena, ni la petite fille qui se coince le pied entre deux sièges et qui hurle pour Carole, c'est dire notre stade de fatigue. Et nous retrouvons très vite nos habitudes, dormir dans des lieux passants est devenu normal pour nous finalement. Pour faire le point sur l'aéroport Nene Teresa, nous l'avons trouvé très secure. et nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité. Il y a eu du monde autour de nous toute la nuit et jamais quelqu'un nous a demandé d'aller dormir ailleurs. Et cela nous semblait beaucoup plus sécurisant que de prendre un taxi de nuit, pour rejoindre une ville que nous ne connaissions pas, dans un pays où de surcroît, ils achètent (encore) leur permis, sans le passer... Nous attendons 6h30 et nous allons prendre un petit déjeuner dans le bar de l'aéroport.

Nous voilà enfin dans le vif du sujet ! Comment rejoindre le centre ville de Tirana à partir de l'aéroport Nene Teresa par les transports en commun ? Nous trouvons rapidement le bus qu'il nous faut, à la sortie de l'aéroport. 500 Leks pour 2 avec la compagnie Rinas Espress, soit moins de 2€ par personne. Et il passe toutes les heures piles (8h, 9h, 10h...) Une bonne demi heure plus tard, nous sommes dans les bouchons de la capitale. Et là, attention les yeux sur la conduite albanaise !!! Et on a bien fait de ne pas prendre de taxi de nuit. A 4 de front, doublage par la droite, main sur le klaxon, tout y est ! Et nous nous faisons déposer à côté du Musée d'Histoire. On demande un peu d'aide au chauffeur pour nous orienter car avec des routes dans tous les sens nous n'arrivions pas à comprendre dans quel sens prendre notre carte (nous ne sommes pas blonds, mais les cartes, sont visiblement à l'image de la conduite albanaise). Nous voilà partis. On tourne et on vire, et après avoir demandé à 2 ou 3 personnes, nous trouvons notre adresse sans trop de soucis. L'hospitalité et la gentillesse albanaises sont incroyables ! Nous voilà devant un garage. Le patron nous interpelle, passe un coup de fil et notre hôte arrive. Nous déposons nos sacs et récupérons les clés, l'appart sera prêt à 12h (chez l'habitant, trouvé sur Booking.com, à défaut d'avoir trouver une auberge avec chambre privée et cuisine de dernière minute).

Nous partons flâner dans les rues dès 9h30. Avec comme seule carte et guide "Le petit futé", c'est pas simple. Mais ça se passe plutôt bien et on se met en tête de se rendre au Marché central. Carole a repris ses réflexes de lecture de carte. Nous y arrivons sans grande peine au milieu du trafic routier incessant. Nous sommes donc sur une place où tout a du être récemment refait. Le marché a son petit charme. C'est agréabl et coupé des voitures. Bon endroit pour une pause sous 35°C. Nous n'achetons rien car nous ne pourrons rien garder dans notre sac par cette chaleur. Et c'est reparti.

Objectif : trouver une voiture à louer à partir de demain. L'agence EUROCAR est conseillée et indiquée sur le guide. En même temps, nous en profitons pour visiter et passer devant des monuments indiqués comme intéressants. Et bien honnêtement, nous n'en retiendrons aucun. La cathédrale est vilaine et la rivière n'est qu'un filet entouré de béton. Une mosquée aurait pu trouver grâce à nos yeux, mais elle est toute en travaux. Nous arrivons donc enfin devant l'agence de location, dégoulinants de sueur. Nous y allons avec entrain et malheureusement, aucun véhicule n'est disponible. Le gars très sympa nous indique d'autres agences dont une juste à côté. Nous partons à sa recherche et après un aller retour pour rien, nous la trouvons enfin. Après 20 bonnes minutes dans le bureau, la fille nous propose une voiture pour 50€ la journée, et nous trouvons cela un peu cher. Demande de ristourne, 49€ la journée, wahou !! Nous repartons donc sans voiture pour trouver moins cher. Nous allons dans un autre quartier, de l'autre côté de la "rivière". Nous trouvons facilement l'agence et là aussi, plus rien en stock. Nous commençons à fatiguer, il fait chaud et il fait faim. Nous abandonnons, nous allons manger. Sur la route, on tente tout de même une autre agence et on fait chou blanc.

Niveau gastronomie, on commence par la base... le kebab !! Omniprésent dans ce pays. Comme d'habitude, Gwena fait le bon choix, un bon kebab de mouton. Carole se tente une salade... Bah trop d'olives, trop de feta, trop de salade, donc un peu moyen pour elle. Repas avalé, la décision est prise de rentrer se poser un peu (nous sommes vraiment très fatigués et il fait très chaud), et de réserver sur internet directement. Ils nous ont bien expliqué que trouver une voiture pour le lendemain à cette date était chose très difficile... Plus qu'à retrouver la route. Chose faite aisément. Arrivés à l'appartement (très grand et très agréable pour un tout petit prix), les recherches commencent de suite. Carole trouve enfin une voiture (53€/jour à partir de l'aéroport, Gwena ne se sentait pas capable de conduire dans la capitale, et il est pourtant très bon conducteur). Le temps de la réserver, Gwena dort déjà et se fait réveiller par ses propres ronflements, c'est moche ! Une bonne douche et une sieste !! Au lieu d'une heure programmée, ce sera 2 finalement. On se remotive tant bien que mal et nous repartons à l'assaut de la capitale qui ne nous a pas convaincu du tout jusque là. Nous décidons de retourner vers le marché. On coupe au travers et après ça, on se décide à suivre un peu le guide. Nous trouvons la grande avenue et nous la descendons. En effet, nous commençons à trouver de l'intérêt. Les grands bâtiments, les couleurs, l'espace. Un petit courant d'air vient aussi à notre rescousse. Nous allons jusqu'à la place Nene Teresa puis continuons jusqu'au lac artificiel. Ca grimpe mais l'air y est plus respirable et nous découvrons le lieu de détente des habitants. Un petit tour et nous repartons par l'avenue pour y voir la pyramide (qui est devenu un gros squat géant. Il est possible de rentrer dedans, mais il ne reste... rien) et prendre la rue Murat Toptani qui s'avère très agréable. Nous en profitons pour flâner dans le Mall. Nous retournons vers la place Sheshi Avi Rustemi et nous installons pour déguster notre premier vrai dîner albanais, autour de brochettes de poulet et de mouton, partagées. EXTRA !! Nous rentrons et enfn... DORMONS !!! Ah non, on a oublié de faire notre itinéraire du lendemain et de réserver notre nuit à Golem au sud de Durres.

Après tout ça, Bonne nuit !!!




Etapes :
Tiranë
Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Carole et Gwenael Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.