UlaanBataar, ville française !!!

06/11/2013 - Pays : Mongolie - Imprimer ce message

Réveil très matinal aujourd'hui !! Carole ne s'est pas rendormie depuis que son réveil a sonné à 4h du matin, et Gwéna ouvre déjà les yeux à 7h30. Pas de rideau, et surtout un chauffage brûlant collé au lit de Carole... Intenable !! Ils ne peuvent pas baisser les chauffages car le froid viendrait les éteindre, c'est pour dire.

On émerge tranquillement dans le lit en attendant que nos paupières veuillent bien rester ouvertes. Carole vérifie ses mails pour voir s'il y a des réponses de Couchsurfing, mais rien à l'horizon. On se décide alors à rester 4 nuits de plus ici, car c'est vraiment pas cher et on y est bien. Nous posons les jambes à terre et partons petit déjeuner. Cool, le petit dej' est compris dans le prix en plus, Gwéna va pouvoir manger ses grillées au beurre trempées dans son café !! C'est le début d'une chouette journée qui s'annonce. Pendant que nous mangeons, Le monsieur qui tient l'auberge avec la patronne et qui reste là toute la journée comprend que nous sommes français. Il nous regarde alors, montre son crâne et nous dit : « Zizou » !!! Ahahaha, éclats de rire, celle_là on nous l'avait jamais faite. Génial !!

Après ça, on part se laver, c'est pas que ça sent le fennec, mais bon, on ne va pas baigner dans notre jus... Découverte de la baignoire. Carole y va en premier et aura maintes peines à régler l'eau tiède... Un petit coup d'eau froide sur les cheveux, rien de mieux pour réveiller la bonne femme... Après quelques temps, c'est bon l'eau est tiède. La douche est quasi finie, mais l'eau est tiède... Cool. Par contre, un détail troublant, la porte de la salle de bains donne dans le salon, et elle est vitrée... Bon ok, le verre est brouillé, mais tu mets de la lumière derrière et tu vois tout. L'avantage, c'est que tu ne traînes pas dans la salle de bains comme ça. Gwéna y va à son tour. Nif, l'eau est réglée pile poil dès le début, il a pu en profiter.

Toilette faite, Carole va alors demander pour rester 4 nuits de plus. Il n'y a que le Monsieur qui ne parle pas anglais qui est là, alors il appelle la patronne et la passe à Carole au téléphone. Pas de soucis pour rester 4 nuits de plus, HiiHaaa !! Par contre, on doit attendre car on va certainement aller dans le deuxième bâtiment de l'auberge. On fait nos sacs et on commence à attendre. On va sur Internet, on joue sur le téléphone, on regarde la télé... Mais au bout de 2h, toujours rien !! Là, Zizou, passe alors un coup de fil et appelle Carole. Ok, la dame au téléphone nous dit de ne pas l'attendre, on peut vacer à nos occupations, on verra ça ce soir. Ni une, ni deux, elle va prévenir Gwéna.

On enfile manteau, bonnet et gants (pour Carole), et on sort, on part à la recherche de la Librairie Papillon, tenue par des français et vendant des livres français... de quoi nous divertir un peu. Gwéna a trouvé cette adresse il y a quelques jours sur internet, et on l'avait bien écrit et mise de côté afin de ne pas passer à côté. Une fois dehors, on comprend que l'expression ''Oulan Bator, la capitale la plus froide du monde'' n'est pas un mythe... Put***, ça caille grave là !!! Gwéna qui ne s'est pas couvert plus qu'à l'habitude en chie un peu, Carole elle, est un peu sauvée par ses gants et son écharpe... Le vent est saisissant. On marche quelques temps et ne trouvons pas vraiment la rue. On fait demi-tour plusieurs fois avant de tomber pile poil face au « Bistrot Français ». C'est un restaurant dont nous avons entendu parlé. Les critiques avaient l'air plutôt bonnes. Ça nous intrigue, on s'approche. Devant la porte, il n'y a absolument rien d'indiqué, pas une carte, pas un prix, rien !! On regarde alors l'heure, il est 13h, il est donc temps de manger. Allez, on verra bien ! On rentre et une jeune serveuse nous accueille avec un petit bonjour. Il nous fait sourire et nous le lui rendons. C'est alors qu'elle nous installe dans la salle, et nous nous disons qu'on est dans un truc un peu prout prout !! Mais maintenant on y est, c'est trop tard. Et puis, au fil du temps, finalement, ce resto est fait pour tous. C'est juste la déco européenne qui tranche. Les cartes arrivent et nous avons la bonnes surprise de pouvoir lire les plats en mongol, en anglais et... en français. Cool !! Et tout ce qui est noté nous à l'air complètement délicieux. Il y a ici la meilleure pièce de bœuf et le meilleur fondant au chocolat de la ville. Ça laisse présager un repas de ouf !!

La serveuse revient à nous, et ce sont 2 filets de bœuf sauce béarnaise de commandés, avec une banane flambée en dessert pour Gwéna, et des crêpes au chocolat pour Carole. Accompagnés de 2 petites bières, une Golden Gobi locale pour Gwéna et une Leffe Rubi pour Carole, histoire de faire passer tout ça. Pour nous faire patienter, on a le droit à de la baguette et du beurre sur la table. Quoi ? Du pain en mangeant, c'est royal !! Les plats arrivent, et pas tous en même temps cette fois-ci... Un vrai service !! Nos assiettes sont bien garnies et les pièces de bœuf sont cuites saignantes comme on les aime. Le premier morceau en bouche fond sous la langue... C'est une tuerie, on aurait presque un orgasme... On a pas mangé de bœuf comme ça depuis 2 mois !! Et le bijou par dessus, une petite sauce béarnaise faite maison qui vient nous rappeler que la culture culinaire française, c'est magique et qu'on a de la chance de connaître des choses pareil... Les plats sont avalés, on s'est remplis la panse comme des cochons, et les desserts arrivent. La serveuse flambe la banane de Gwéna sur la table et Carole commence à déguster ses crêpes. On a plus vraiment de place pour stocker tout ça, mais on se dit qu'on ne reverra pas chose pareil partout. Le repas est fini, on se lève, on nous rend nos manteaux, et nous payons la note. Pas si salée que ça finalement, juste un petit peu plus de 30€. Ok, c'est au dessus de ce qu'on doit faire habituellement, mais parfois, ça fait pas de mal de se faire du bien. Au moment de payer, il y a 3 français juste à côté. Ca doit être le repère des expat' très certainement. Gwéna leur demande où est la librairie. C'est juste à 50m sur le même trottoir... Pouah !! Trop bien, même pas besoin de marcher après manger. On discute un petit peu, et 2 d'entre eux sont ici depuis 17 ans, du coup quand on leur a demandé de quelle région ils étaient, on a pas vraiment eu de réponse, mais c'était plutôt fun de discuter un petit peu.

Nous voilà sortis et devant la librairie. On essaye d'ouvrir, en vain. Quand une dame apparaît. C'est sur que si Carole pousse la porte au lieu de la tirer, on ne peut pas rentrer !! Nous entrons, et découvrons dans le fond du magasins, 4 rayons consacrés entièrement aux bouquins français. Ce ne sont que des livres d'occasion, mais on va bien trouver notre bonheur là dedans. Il y a de tout. Ca va de l'histoire de Gilles de Raies au Petit Futé sur la ville du Mans en passant par des livres religieux et des autobiographies. Nous optons pour 1 policier et pour le récit d'un tueur en série. C'est pas vraiment des formats de poche, mais tant pis, ça nous changera un petit peu. Nos emplettes sont faites, ça caille dur, et on essaye de trouver un supermarché digne de ce nom avant de rentrer à l'auberge.

 

Bouquins français de la librairie Papillon

 

On arpente plusieurs rues en vain, on ne trouve rien qui puisse nous fournir de la bonne bouffe. On tourne en rond et atterrissons près de la Peace Avenue, la rue principale de la ville. Carole tourne la tête et … ah bah on va s'arrêter là en fait. L'office de tourisme était à nos pieds. Nif, on va pouvoir poser toutes les questions que l'on veut. On nous fourni deux cartes de la ville et on nous indique aussi les grandes surfaces... Yes, y'en a une juste à côté. On ressort, et on file là bas.

Nous rentrons dans un truc genre les Galeries LaFayette mongoles. C'est énorme. Et en bas, le supermarché. On y va et on en chie quand même a trouver ce qu'on peut bien manger, mais on y arrive. Entre 2 rayons, un mec typé européen vient aborder Gwéna. Il lui dit une première phrase en anglais. Gwéna a compris mais ne répond pas. Il lui parle alors en français. Gwéna surpris... « Euh bah en fait on cherche des lingettes pour nettoyer les écrans. » « Pas sûr que vous trouviez ça ici. Carole qui n'était pas là voit Gwéna revenir avec un grand smile. Il lui explique alors la scène. Il faut dire qu'ici, il n'y a que des bridés, alors on sait vite qui n'est pas du coin !!! Bref, on finit nos amplettes, on paye et on fait un tour vite fait dans les 5 étages des galeries, pour voir si on ne trouve pas quelque chose. On ne sait jamais.Bien sûr, on ressort sans rien, évidemment.

Nous prenons la route du retour, en évitant de nous faire écraser. Ca bouchonne de tous les côtés, les flics sont au milieu des carrefours pour faire la circulation, et sifflent dans tous les sens en faisant des grands gestes avec un bâtons fluorescent (pour Jessy, non, ils ne dansent pas la tecktonik!!). Ici, si tu es piétons, tu risques presque ta vie. Les voitures ne s'arrêtent absolument pas. Ça donne des scènes magistrales où tu peux voir des vieux courir au milieu de la route car le feu vient de passer au vert où tout simplement parce que les conducteurs n'ont jamais envie de s'arrêter aux passages piétons.... C'est simple, un piéton sur la route, m'en fous, j'accélère et je klaxonne... Tu sers les fesses, tu regardes 4 fois avant de traverser, et quand tu es lancé tu n'hésites et tu fonces !!! C'est assez drôle à voir. Carole a tenté une fois de s'imposer car elle était au milieu de la route et une voiture arrivait sur elle. Eh bah non, elle a failli y laissé un pied et a du attendre au milieu de la route... C'est assez spécial, mais on va s'y faire, comme à la conduite russe.

Nous arrivons donc à l'auberge, nous découvrons que nous pouvons rester ici cette nuit, sans changer de bâtiment. Cool !!

Quelques temps plus tard, on a un colocataire qui arrive. Il est chilien et voyage seul. On discute un petit peu, il nous dit qu'il peut nous filer des plans sur le Chili, impecc !! Et il à l'air crevé, donc on passe pas 1000 ans à discuter, juste une petite demi-heure, et on aura le temps de faire connaissance dans la semaine.

Carole skype Babeth pendant que Gwéna est parti faire à manger. On passe à table, et on fait la rencontre de notre voisin de chambre. Il nous demande d'où nous venons. Ainsi nous répondons :  « France ! And you ? » Réponse : « Bah pareil ». ah oui, bah tout de suite c'est plus simple. Il est ici depuis 4 semaines et enseigne la géologie à l'université. Nous discutons et il nous donne l'info sur une super appli téléphone qui nous permet d'avoir les cartes des villes gratos avec toutes les infos nécessaires. Un peu comme Google Maps, mais qui fonctionnent sans connexion internet et comme un GPS. Génial ! Il nous aide à le télécharger, il nous explique comment ça marche, on discute de tout et de rien, et voilà !

Désormais, nous sommes tous dans le salon, Carole tape cet article, Gwéna va se coucher. Voilà où nous en sommes, il est temps aussi pour Carole d'aller se coucher, donc on éteint tout, et bonne nuit à tout le monde !!




Etapes :
Ulaanbaatar
Note: 5/5 - 2 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Carole et Gwenael PAVY MAINDRON Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.